TPI de Kaloum : ouverture des débats dans le dossier de l’ancien ministre, Ahmed Kanté

Après tant de reports dans le dossier opposant l’ancien ministre des Mines et de la Géologie et compagnie à la société African Bauxite Compagnie (ABC), les débats se sont finalement ouverts dans cette affaire ce lundi 8 juillet 2024 devant le tribunal correctionnel de Kalkaloum.

À la barre, Ahmed Kanté a nié avoir des relations avec la société EBC.

 

 

<<Je n’ai pas de relation avec la société ABC. Il faut des documents pour démontrer d’abord ma relation avec la société, avant de dire que je suis coupable, ou être poursuivi pour ces accusations. C’est une tentative de sabotage d’engager ces procédures contre une société. Il s’agit d’une tentative de déstabilisation, de ternir ma réputation, et de sabotage>>, a-t-il déclaré à la barre.

Pour sa part, Maître Alkaly Mohamed Touré avocat de la partie civile, a tout d’abord salué l’ouverture des débats dans cette affaire avant de rejeter les propos du prévenu qui a nié selon lui, les relations entre ses anciens collaborateurs et lui.

<< Il faut se réjouir du faite l’on ait entamé les débats aujourd’hui dans ce procès, et ce débat là était tant attendu parce que c’est de nature à éclairer la lenterne des gens, des tenants et aboutissants de ce dossier. On ne peut pas voyager avec quelqu’un dans le cadre d’un projet qu’on ne connaît pas, on ne peut pas effectuer le déplacement pour un projet conclu entre des parties que tu ignores, ce n’est pas possible, de surcroît il se dit promoteur de ce projet. Ça veut dire qu’il est sensé connaître ce projet parfaitement>>, a-t-il martelé.

Pendant l’nterrogatoire de l’ancien ministre des Mines et de la Géologie, l’avocat a souhaité la comparution des témoins cité dans cette affaire.

<< Naturellement nous avons fait cette demande là parce que décidément ce qu’on retient de l’intervention de monsieur Ahmed Kanté aujourd’hui, il se dit être promoteur de ce projet et il dit être le mandataire des sociétés ACCISS et JBT. Par contre il se trouve qu’il agit contre la volonté de ceux qui sont censés être sont mandant à savoir la société JBT et ACCISS, ce qui paraît extraordinaire. Cette contradiction, il l’a entretenue pour la simple raison qu’il ne veut pas reconnaître les vérités crues qui on été dites par ces antités lors de l’instruction de cette affaire>>, a laissé entendre Maître Alkaly Mohamed Touré.

Prenant la parole pour la première fois devant les journalistes depuis le début de cette audience, maître Sékou Fofana l’un des avocats de la défense a tenu à faire quelques précisions sur l’absence de son client au début de cette affaire.

<< Notre client n’a jamais refusé de comparaître, c’est parce qu’il n’a jamais reçu les cellules de citation. Certes suite à une interruption prolongée des audiances due à l’absence de monsieur le président pour cause de formation à l’étranger, c’est pour cette raison il n’avait pas comparu. Le ministère public a déclaré cela à l’audience que c’est lui qui n’avait pas accompli les diligences nécessaires pour qu’il puisse recevoir la citation. Quand il a reçu la citation, il est venu répondre à la justice de son pays. Donc il a été un haut cadre, un responsable qui ne se défile pas de ses obligations donc c’est pourquoi il est venu>>, a expliqué maître Sékou Fofana avant de poursuivre :

<< Nous, le collectif, on n’avait décidé de ne soulever rien parce que nous avons beaucoup d’autres arguments à opposer à la partie civile. Mais pourquoi on a dit d’aller au fond? Parce que à ce stade, il y a la curiosité des citoyens qui veulent savoir réellement ce qui s’est passé. Et puisqu’il n’a rien à se reprocher, il a agi de façon correcte, loyal. C’est pour cette raison il est venu. Il a déballé tout ce qu’il sait dans cette procédure, les actes qu’il a eu à poser, comment approcher les parties en tant que promoteur du projet et caution morale des propriétaires des permis>>, conclut l’avocat.

 

 

Mimi Bangoura, pour lerenifleur224.com