Rencontre ATD et Amis : Des anciens gouvernants, discutent autour du développement du capital humain

L’ancien ministre de la coopération et de l’intégration africaine, Amadou Thierno DIALLO a organisé ce samedi 4 mai 2024, une rencontre entre des anciens ministres, la société civile, des médias et autres pour débattre autour du thème : « le développement du capital humain ».

 

 

« Quand je suis venu au Ministère de la Coopération, on m’a dit que j’ai 800 personnes. J’ai dit 800 personnes pour un petit Ministère comme ça? Quand j’ai fait le recensement dans le bureau du Ministère, j’ai trouvé qu’il y avait plus de 300 fictifs et parmi les 500 qui restaient, il y avait que 200 qui étaient posté et 300 non postés qui étaient là. Et parmi ces 200, je n’avais que 124 chaises. Le système d’éducation dont on parle là, tout le monde sort de l’université, on veut aller à la Fonction Publique, oui à notre temps, il n’y avait pas autres choses à faire. Tu finis l’université, tu es engagé à la Fonction Publique. Il faut que ça change, il ne faut pas qu’on continue à former des fonctionnaires », dira Amadou Thierno Diallo.

De son côté, l’ancien ministre du travail et de la Fonction Publique, Julien Yombouno parle du concept sur le développement humain.

 

« Pour moi, c’est déjà un concept économique qui parle de capital, parle de richesse, de fonds d’investissement. Quand on parle de capital humain, c’est l’ensemble des compétences des ressources humaines, des expertises et de tout ce qu’on peut avoir dans une famille, dans une société, pour faire avancer un pays et aller vers le développement. C’est l’investissement de ce capital humain qui va produire les bénéfices à l’avantage du pays » a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, le ministre Ibrahima kalil kaba a quant à lui, mis l’accent sur l’éducation des enfants.

 

 

« Le capital humain pour moi, c’est l’ensemble des connaissances et des compétences que le citoyen acquiert le long de sa vie pour qu’il sert essentiellement à contribuer au développement de son pays et son développement personnel. L’un des plus gros défis du système éducatif guinéen, c’est qu’on a tendance, en tant que parent à préparer nos enfants pour un monde qui est le nôtre. Il faut leur transmettre des valeurs d’Éthiques, culturelles, traditionnelles et autres. Mais le monde est entrain d’aller à une telle vitesse dont nous avons l’obligation de suivre le rythme », a conclu l’ ancien ministre des affaires étrangères.

 

Ousmane Baldé, pour lerenifleur224.com