Décrispation de la crise : Le Premier Ministre Goumou réunit plusieurs acteurs sociopolitiques à la Primature, de bonnes nouvelles annoncées.

Le Premier Ministre Dr Bernard Goumou est résolument déterminé à réussir sa mission qui est celle de réunir toute la classe sociopolitique guinéenne pour un dialogue inclusif afin de décrisper la crise actuelle du pays. Ce jeudi 27 avril 2023 le locataire du Palais de la Colombe a rencontré quelques les leaders des coalitions et alliances des partis politiques et de la société civile, en présence des facilitatrices du cadre de dialogue. Le premier ministre était accompagné autour de la table par ses homologues des Affaires Etrangères Dr Morissanda Kouyaté et celui de l’administration du territoire et de la décentralisation, Mory Condé.



Selon les dires de Dre Makalé Traoré, l’une des facilitatrices du cadre de dialogue inclusif, cette rencontre avait deux (2) principales raisons notamment, faire le point sur le niveau d’avancement de la mise en oeuvre des résolutions issues du cadre de dialogue inclusif inter-guinéens



« Pour cela, nous avons fait part aux premières responsables des coalitions et faitières qui étaient présents dans la salle de la mise en place du comité national permanent de mise en œuvre des résolutions et surtout l’opérationnalisation des équipes techniques au sein des Ministères (MATD, du Plan, de la sécurité et du CNT) pour suivre et faire un rapport mensuel sur le niveau d’avancement de la mise en œuvre des résolutions issues du cadre de dialogue » a-t-elle fait savoir

En deuxième lieu, Dr Makalé Traoré indique que la rencontre était également l’occasion d’informer les premières responsables du niveau d’avancement des échanges des pourparlers avec les acteurs des forces vives de Guinée

« Ceci était important pour que tout le monde soit au même niveau d’information. Les rencontres avec les forces vives sont des étapes importantes pour l’inclusive du dialogue inter-guinéen. Donc, il fallait de ce qui se passe-là » a-t-elle expliquée



Pour Mory Condé, le premier ministre s’est vu dans l’obligation d’inviter les acteurs socio-politiques du pays pour leur faire part des avancées quant à la mise en œuvre des recommandations de ce cadre de dialogue mais également les pourparlers en cours avec les autres acteurs socio-politiques « Qui tardent encore à venir autour de la table expliquer aux membres du cadre de dialogue, sur la nécessité de sa volonté et celle du gouvernement à ramener ces acteurs politiques autour de la table du cadre de dialogue afin de continuer les discussions sur la mise en œuvre de la transition guinéenne. (…). Nous avons d’ailleurs profité pour leur annoncer la tenue, demain vendredi, de la rencontre de présentation du niveau de mise en œuvre des agendas de la transition où l’ensemble des acteurs socio-politiques sont invités, les médias mais également les organisations de la société civile », a-t-il annoncé

Présent à cette rencontre, Bah Oury du parti UDRG a indiqué que durant cette rencontre à laquelle ont pris part les facilitatrices et le ministre des affaires étrangères a fait le point de l’évolution des relations entre la Guinée et la CEDEAO et également l’accompagnement nécessaire de la communauté internationale, pour permettre de faire avancer le processus de transition.



« Ce qu’on peut dire, c’était nécessaire de se retrouver pour faire le point, savoir où est-ce que nous en sommes ? Quels sont les points sur lesquels il y a des informations que les membres du gouvernement devraient donner aux autres organisations impliquées dans le cadre du dialogue et réitéré des principes principalement qu’il n’existe qu’un seul cadre de dialogue et les autres activités avec les religieux ne concernent que des pourparlers pour permettre à ces formations politiques ou coalitions de venir participer à leur tour au cadre de dialogue qui existe déjà. Et de l’autre côté c’était indiqué principalement je pense que ça sera demain où est-ce que nous en sommes dans la déclinaison de la feuille de route concernant le processus de recensement administratif à vocation d’état civil qui est le pilier essentiel sur lequel va s’appuyer l’édification du fichier électoral et l’autre aspect concernant le recensement général de la population », a déclaré cet acteur politique.



Sory Binta Bah, pour Lerenifleur224.com