Récurrents cas d’incendies : le ministre de la justice, compte prendre des mesures urgentes pour palier à la situation  

En Guinée, les incendies sont devenus tellement récurrents ces derniers temps que l’on a l’impression qu’il y a des personnes mal intentionnées qui se cachent derrière cet acte qualifié de criminel par certains observateurs. Une situation qui inquiète à plus d’un, le président de la transition et l’ensemble de son gouvernement, à en croire le garde des sceaux ministre de la justice et des droits de l’homme qui l’a fait savoir ce jeudi 16 mai 2024 lors d’une rencontre avec les acteurs de justice mais aussi de la sécurité et de la protection civile.

<< Cette rencontre à été initiée par le cabinet en raison des événements douloureux dont nous sommes victimes dans la capitale depuis un certain temps. Ces éléments douloureux sont en lien avec les cas d’incendies qui deviennent vraiment récurents et dévastateurs au point que la conscience nationale ne peut pas être indifférente. Parce qu’ en ma qualité de garde des sceaux ministre de la justice et des droits de l’homme, je suis le premier chef de tous les parquets. Alors j’ai réuni mon cabinet pour réfléchir sur cette douloureuse situation, faire des éléments de propositions pouvant être bénéfique à l’ensemble de la population. C’est dans cet exercice que mon conseiller technique m’a fait un mémo, et c’est à la suite de ce mémo que j’ai cru réunir tous les parquets sous l’autorité du parquet général et associé les officiers de police judiciaire de la protection civile à l’effet que de leurs expertises des solutions ou tout au moins des esquisses de solution puissent être trouvées pouvant être véritablement des ballons d’oxygène pour la population. Pour nous, ce phénomène cauchemardesque retient l’attention à plus haut titre et au plus haut niveau et requiert une urgence quant à la solution qu’il faut apporter>>, a fait savoir le ministre Yaya Kaïraba Kaba.

 

Le garde des sceaux a cependant exprimé son doute sur ces différents cas d’incendies qui pour lui, ne sont pas forcément liés aux cours circuits.

 

<<Tous les moyens de communication sont bons parce que ces incendies qui se produisent fréquemment, ne sont pas seulement à mettre à mon sens sur le cours circuit. Je refuse d’admettre que ces incendies sont dûs uniquement et exclusivement au cours circuit. Ces incendies ont d’autres origines. Il y a d’autres choses qui cachent derrière ces incendies, et c’est ce que nous voulons découvrir, et solutionner. Donc la mise en œuvre d’un numéro vert, est une très bonne initiative et de tout moyen de communication permettant aux enquêteurs de non seulement situer les causes mais éventuellement mettre la main sur les présumés auteurs de ces cas d’incendies>>, a-t-il conclu.

 

À rappeler que depuis l’explosion du dépôt d’hydrocarbures de coronthie, les d’incendies ne cessent de ce répéter dans le pays, plus précisément dans la capitale Conakry.

 

 

 

Mimi Bangoura, pour lerenifleur224.com