Brouillage des ondes et restriction de l’internet : la CNTG réaffirme son soutien au SPPG, et promet de mettre en branle le mouvement syndical pour l’accompagner


À quelques jours de la manifestation projetée par le Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG), dénommée, « déferlement humains sur Conakry et environs », plusieurs soutiens sont annoncés notamment celui de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée, la plus grande centrale syndicale du pays.
Réuni à Conakry ce jeudi 11 janvier 2024 à l’occasion d’une cession de formation de trois (3) jours organisée par la CNTG à l’intention des hommes de médias, le secrétaire général du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée a mis l’occase à profit, pour rassurer les journalistes de l’accompagnement sans réserve de la centrale d’affiliation du SPPG.

« Nous ferons un déferlement humains le 18 janvier prochain. Comme vous l’avez constaté, nous avons le soutien de la CNTG. Il y a une semaine, nous avons eu une rencontre avec le général Amadou Diallo à la bourse du travail, qui a exprimé son soutien sans réserve à la presse et au SPPG. Aujourd’hui, vous l’avez vu à cet atelier, tout son discours est consacré à la liberté de la presse, la liberté syndicale aux intérêts des travailleurs. Il a encore réitéré que la CNTG va soutenir notre mouvement. Il est allé jusqu’à rappeler qu’en sa qualité de coordinateur général du mouvement syndical guinéen, c’est l’ensemble de la classe ouvrière qui va être mise en branle dans cette lutte », a déclaré Sékou Jamal Pendessa avant de renchérir.

« L’autre aspect, c’est que nous ne sommes plus seuls, puisque notre centrale d’affiliation est avec nous. Il a appelé à la solidarité entre ces trois fédérations. La presse privée comme on le dit à la CNTG, le SPPG, la fédération de l’information, mais aussi des télécommunications. Après ces trois jours d’atelier, nous allons former un bloc qui va piloter ce mouvement. Vous verrez que l’ennemi d’en face n’aura pas le choix que de libérer les médias et les réseaux sociaux. Nous sommes déterminés, le samedi prochain, nous avons une grande rencontre à la maison de la presse avec des plate-formes de la société civile qui viendront officialiser leur soutien et qui s’ajoutent au bloc que nous sommes entrain de former ici avec les camarades des télécommunications et de l’information », a conclu le secrétaire général du SPPG.



Ousmane Baldé, pour lerenifleur224.com