Justice : L’Association des Magistrats de Guinée, menace d’organiser un sit-in et une marche dans les prochains jours à Conakry

Le bras de fer entre entre le ministre de la justice, Alphonse Charles Wrigt et l’association des Magistrats de Guinée, est loin de connaître son épilogue. Face à la presse ce vendredi 1 septembre 2023 à Conakry, les hommes en robe noire ont fait le point non seulement sur le mot d’ordre de débrayage qu’ils observent depuis un certain temps dans les cours et tribunaux du pays, mais aussi et surtout, annoncer les prochaines actions à mener sur le terrain, si toutefois la suspension de deux de leurs collègues, n’est pas levée.

Il s’agit de Moussa CAMARA et Cé Avis GAMY, respectivement juge au tribunal de première instance de Labé et substitut du procureur près le même tribunal.

« Le retrait sur la page du Ministère de la justice et les pages personnelles du ministre de la Justice, de tous les arrêtés de suspension concernant les magistrats en application de l’article 39 de la loi portant statut des magistrats; Le respect des formes et délai prévus par l’article 82 de la loi susvisée pour toutes les désignations de magistrat faites et à intervenir par voie d’arrêté par le garde des sceaux; Le respect du principe de la présomption d’innocence, du contradictoire du droit à la défense et de l’honneur des citoyens en général et des magistrats en particulier dans toutes les prises de parole et de décisions d’injonction de poursuites par le ministre de la justice, conformément à l’article préliminaire alinéa7, aux articles 8 et 37 du code de procédure pénale. »

Toujours Sur les points de discussion, l’Association des Magistrats de Guinée, demande aussi Le rétablissement dans leurs droits, leurs collègues dont les dossiers ont été jugés par le CSM et sont reconnus non coupables de fautes disciplinaires ; 6- Prioriser la saisine du CSM pour des faits de faute disciplinaire à des suspensions systématiques conformément à l’article 38 de la loi portant statut des magistrats; – Le respect du droit à la défense des magistrats, objet de plainte notamment le respect des formes et délai de leur invitation dans la dignité absolue; L’orientation des plaignants à des voies de recours en lieu et place des plaintes contre les magistrats sauf faits avérés et graves; – Le respect des voies traditionnelles d’acheminement des courriers administratifs pour éviter que des actes se retrouvent sur les réseaux sociaux ou la page privée du garde des sceaux ; Tenir compte des aléas du déplacement en invitant des magistrats loin de leur ressort en les prévenant à temps; – Eviter toutes vindictes contre ceux qui soutiennent le mouvement pour l’indépendance et la dignité des magistrats. Mise en place du tableau d’avancement des magistrats et opérationnalisation du service de gestion de la carrière des magistrats.» A mentionné Juliette MAMY.

Par ailleurs , L’AMG rappelle qu’en tant qu’organe apolitique, elle n’a rien contre la personne du ministre de la justice encore moins, contre les membres de son cabinet et les autorités de la transition. Mais elle reste cependant intransigeante sur le respect des lois de la république et particulièrement, la garantie de l’indépendance de la justice.
L’association des Magistrats de Guinée, a réitéré, sa volonté indéfectible et sa détermination à accompagner dans la légalité, les autorités de la transition ce, dans l’intérêt du peuple de Guinée au nom duquel, toutes les décisions sont rendues.
Pour finir, Le conseil d’administration, de l’AMG a annoncé l’organiser d’un sit-in au siège de la cour suprême de Guinée le 7 septembre 2023, suivi d’une marche le 12 du même mois.

<< Nous allons organiser une marche, tous en robe noire pour exiger le respect de l’indépendance et la dignité des magistrats.>> Conclut l’Association des Magistrats de Guinée.


Ousmane Baldé, pour lerenifleur224.com