Retour à l’ordre constitutionnel : l’Etat guinéen mobilise 40 millions de dollars sur les 600 prévus, le FFSG parle d’un manque de sérieux

Cette faible mobilisation est due aux velléités du CNRD d’obtenir un glissement de calendrier, afin de se maintenir au pouvoir selon le vice-coordinateur du Forum des Forces Sociales de Guinée. Il la fait savoir ce mardi 22 août 2023 à la faveur d’une interview accordée à notre rédaction.

Huit mois depuis le début du chronogramme de la transition, le Comité National du Rassemblement pour le Développement n’a pu mobiliser que 40 millions sur les 600 millions de dollars, alloués à l’organisation des prochaines élections en Guinée. Le CNRD serait à l’attente des appuis financiers de ses différents partenaires notamment la CEDEAO, à en croire le chef du gouvernement Dr Bernard Goumou.
Un gouvernement sérieux, devrait compter sur ses propres fonds pour procéder à l’organisation des élections, selon Boubacar Biro Barry, vice -coordinateur du Forum des Forces Sociales de Guinée.

« les partenaires viennent en appui aux pays concernés mais on ne peut pas tout reposer sur eux. On doit d’abord compter que sur ses propres efforts en la matière. On a eu des élections ici qui ont été organisés sur fonds propres, donc on ne peut pas s’adosser aujourd’hui sur cet argument pour rendre la CEDEAO, responsable de cela en disant qu’elle s’était engagée à faire la quête auprès des partenaires. C’est une fuite en avant. » A t-il fait savoir.

Par ailleurs, ce retard dans la mobilisation des fonds, est fait à dessein, estime cet acteur de la société civile.
Poursuivant, Boubacar Biro Barry, dénonce la mauvaise foi des autorités actuelles.

« c’est la mauvaise volonté du CNRD quant à la gestion de la transition devant aboutir à des élections. Tout ce qui se fait, c’est pour tomber dans un glissement de calendrier. Tout est géré sauf la transition. On s’occupe de l’aspect développement mais jamais de la question relative à la transition. » A lâché le vice-coordinateur du Forum des Forces Sociales de Guinée.

Face à cette situation donc, le Forum des Forces Sociales de Guinée, ne compte pas baisser la garde. Rassure son vice-coordinateur

« Nous allons prendre contact avec les coalitions qui composent les Forces Vives de Guinée pour voir quel est le moyen de pression que nous allons entamer en rapport avec la CEDEAO, qui dirige naturellement les négociations en Guinée. Il faut faire intervenir la communauté internationale pour sortir de cette situation. » Prévient Boubacar Biro Barry.

A rappeler que la durée de cette transition fixée en commun accord avec la CEDEAO, arrivera à terme le 31 décembre 2024.


Nagnouma Sanoh, pour lerenifleur224.com