Procès du 28 septembre : « J’ai été transporté avec les morts à l’hôpital » déclare une victime à la barre.

Ce mercredi 26 juillet, la comparution des victimes du 28 septembre se poursuit devant le tribunal criminel de Dixinn délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry dans le cadre des violences perpétrées au stade et qui a coûté la vie à plus de 150 personnes.

A la barre, Thierno Madjou Sow a commencé sa déclaration par remercier Dieu et faire des prières pour toutes ces personnes qui ont perdu la vie en ce jour du 28 septembre. Par la suite, il déclare que le matin quand il sortait pour se rendre au stade de Bambéto à Dixinn-Terrasse il dit avoir remarqué la présence des gendarmes le long des routes.

« Quand j’ai entendu les gendarmes dire que la manifestation n’aura pas lieu, comme j’étais avec les enfants et j’étais en jeûne, je leurs est proposé de se retourné à la maison (…) Au chemin de retour Quand j’ai vu la foule je me suis retourner encore pour le stade  on est parti jusqu’au niveau de Hamdallaye y a eu altercation entre les gendarmes et les enfants on a même appris qu’il y a eu deux morts et mais malgré cela, on a forcé pour passer (…)Arrivé sur la terrasse nous sommes rentrés avec les leaders à l’intérieur du stade . » relate Thierno Madjou à la barre avant de poursuivre. a

« À l’intérieur du stade, quand les bérets rouges ont commencé à tirer, j’avais eu peur. J’ai couru pour sortir entre-temps, un gendarme m’a giflé avec son arme mais je ne me suis pas arrêté j’ai continué mon chemin ainsi à la sortie j’ai appris qu’ils ont électrocuté l’endroit où on se dirigeait à ce niveau j’ai vu les gens électrocutés qui tombaient ainsi j’ai eu peur j’ai commencé à pleurer.  Je me suis souvenu que je n’avais pas informé ma maman avant de sortir. Et du coup, après avoir reçu un coup, je suis tombé entre les morts et d’autres morts sont tombés sur moi aussi. » et d’ajouter

« J’ai été transporté avec les morts à l’hôpital ils m’ont envoyé au 4ème étage chez un docteur qui s’appelle Dr Kaba, ils m’ont envoyé moi seule dans une cabine pour extraire le sang dans mon ventre avec le raccord et c’est ce qui a provoqué d’autres complications dans mon ventre. Et depuis lors, je n’ai plus retrouvé ma santé malgré que j’ai fait deux mois à l’hôpital Donka avant de me rendre à l’hôpital mère et enfants. » a-t-il déploré la victime.

Par la suite la victime Thierno Madjou Sow sollicite au tribunal de l’aider à retrouver sa santé.

« Tout ce que je demande au gouvernement de m’aider a retrouvé ma santé pour redevenir comme avant. » a-t-il sollicité.

Pour ce qui est de Colonel Moussa Thiègboro Camara la victime déclare.

« Il ne me connaît pas, mais moi je le connais bien. Vous savez si quelqu’un vous fait du bien, il faut le dire mais s’il vous fait du bien aussi il faut le remercier. Colonel Thiègboro quand mon frère avait fait des accidents, il était de passage avec son cortège.  Mais ils se sont arrêtés, puis ils ont envoyé mon frère à l’hôpital pour ses soins. Donc, ma famille et moi nous le remercions pour ça et même quand je suis arrivé à Conakry, je me suis rendu à son domicile à Dixinn pour le remercier infiniment. » a t-il ajouté.

Ami Camara, pour lerenifleur224.com