Mandat d’arrêt contre le préfet de Mali : le Procureur se montre ferme et rassure que le préfet répondra d’une manière ou d’une autre

Nous vous le disions une de nos précédentes dépêches, le préfet de Mali Monchon Sangala Camara fait l’objet d’une poursuite judiciaire pour détournement de fonds, abus de fonction, concussion, atteinte à l’autorité de la justice, complicité entre autres. Vu son refus catégorique d’obtempérer, un mandat d’arrêt a finalement été décerné contre lui.

Comme pour dire que le bras de fer entre le préfet et la justice est loin de trouver une issue. Face à cette situation, Maurice Onivogui, le Procureur près le Tribunal de Première Instance de Labé se montre ferme et rassure que le préfet répondra d’une manière ou d’une autre car nulle n’est au-dessus de la loi

« C’est une situation qui me désole parce que personne n’est au-dessus de la loi. Ce n’est pas parce que tu es préfet que tu ne dois pas être jugé, si une procédure est engagée contre toi ou si tu commets une infraction, tu dois répondre. Ce préfet est poursuivi par la justice de Paix de Mali. Plusieurs convocations ont été adressées. Et il n’a répondu à aucune d’elles. Un mandat de comparution a été émis par le juge d’instruction, il n’a pas obtempéré. Ça été suivi d’un mandat d’amener. Là aussi, il n’y a eu aucune suite. A l’expiration de toutes les procédures, j’ai reçu un mandat d’arrêt décerné contre le préfet de Mali émis le 19 juin par le juge d’instruction. Nous ferons usage de la force pour le faire comparaître » promet le Procureur.

Joint au téléphone, le juge de paix de la préfecture de Mali Sékou Sangaré renchérit en ces termes « Toutes les invitations que nous avons faites à son égard y compris les différents mandats qui ont suivi, nous avons constaté que monsieur le préfet n’a pas daigné comparaître » Regrette-t-il.

Poursuivant, il ajoute

« Notre rôle est de défendre, de décider et de donner les mesures de contraintes d’exécution c’est la force publique c’est la loi qui le dit. Nous voyons que c’est une défiance à l’autorité de la loi et nous on est soumis aux respects des droits » soutient Sékou Sangaré. 

Cette attitude du préfet de Mali Monchon Sangala Camara de défier la justice peut nous amener à nous interroger sur l’application de la thèse émise par le Colonel Mamady Doumbouya le 05 septembre 2021 selon laquelle  » la justice sera la boussole qui orientera chaque citoyen ».

Moussa Dieng, pour lerenifleur224.com