Paris : le Président du CNT vend les acquis de la Transition guinéenne à l’international

L’évolution du processus transitoire intéresse autant les Guinéens de l’intérieur, de l’extérieur, que la communauté internationale. D’où l’intérêt pour les principaux responsables de communiquer sur le sujet en vue de porter la bonne information auprès des différents acteurs à tous les niveaux.

C’est à cet exercice que le Président du Conseil National de la Transition s’est livré ces derniers jours. En séjour à Paris (France), Dr Dansa KOUROUMA a répondu aux questions des journalistes de TV5 Monde et de Radio France Internationale (RFI).
Au centre des sujets abordés, les réformes engagées par les autorités de la Transition, le dialogue politique interguinéen, le chronogramme dynamique de la Transition établi sous l’égide de la CEDEAO et le processus d’élaboration de la nouvelle Constitution.


Au sujet des actions phares en cours en Guinée, le Président du CNT a évoqué la moralisation de la gestion de la chose publique à travers une lutte farouche contre les détournements de deniers publics. Dr Dansa KOUROUMA soutient que la mise en place de la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières (CRIEF) est une illustration parfaite de la volonté du Président de la Transition, le Colonel Mamadi DOUMBOUYA, d’instaurer une culture de la bonne gouvernance au sein de l’administration publique. Parmi les acquis, il a cité entre autres, la rationalisation des dépenses de l’Etat, le lancement et la finalisation de plusieurs grands projets d’infrastructures aussi bien dans le domaine routier, de la santé que de l’éducation, la réforme de la justice, l’amélioration du climat des affaires à travers la renégociation de contrats miniers profitables à la Guinée, etc.
Sur le plan social et politique, le premier responsable de l’institution parlementaire transitoire rappelle que dès la prise de responsabilité de l’armée le 05 septembre 2021, sous la conduite du Colonel Mamadi DOUMBOUYA, des consultations des différentes couches sociopolitiques suivies des assises nationales, ont été menées pour fixer le cap d’une Transition inclusive, paisible et réussie.


En répondant aux questions des journalistes sur le volet relatif à la mise en œuvre du chronogramme dynamique conclu avec la CEDEAO, le Président de l’organe législatif de la Transition, rassure que l’on tient encore le bon bout. Il en veut pour preuve, le lancement des processus de recensement général de la population et celui à vocation d’état civil. Ceci, à travers la définition des grands axes assortis d’un budget de l’ensemble des opérations à mener pour la finalisation de la Transition.
Dans un style décontracté, Dr Dansa KOUROUMA a expliqué avec pédagogie, une étape clé du processus de la Transition. Il s’agit de celle relative à l’élaboration de la nouvelle Constitution. Le Président du CNT a d’abord, précisé la démarche d’inclusivité que son institution a imprimé à ce processus. Il explique que, dès leur installation, les Conseillers nationaux ont sillonné l’ensemble du territoire national dans le cadre de la consultation des populations, cette action a été suivie successivement de l’organisation du forum inter-religieux, du symposium sur le constitutionalisme (bras académique du processus) et du débat d’orientation constitutionnel. Dans la même dynamique, une plateforme de contribution citoyenne le www.debacitoyen.org et un centre d’appel (1013), sont actuellement fonctionnels pour toute personne désireuse d’apporter sa contribution au processus.
Dr Dansa KOUROUMA précise que toutes ces initiatives visent à impliquer en amont, l’ensemble des sensibilités de la Nation. L’idée est de recueillir les avis de chaque acteur pour élaborer une Constitution qui ressemble et rassemble les Guinéens. Car, pour lui, la crédibilité de la future Constitution dépendra de l’inclusivité et de la transparence de son processus d’élaboration.

Cellule de communication du CNT