Boké: Mansour Bah mort en détention à rejoint sa dernière demeure, Charles Wright fait des promesses à la famille.

Après avoir présenté ses condoléances à la famille du défunt hier lundi 12 juin 2023 et la rassurée de tout mettre en œuvre pour l’édification de la vérité sur cette mort suspecte dans la maison d’arrêt de ladite localité, le garde des sceaux, ministre de la justice et des Droits de l’Homme a assisté ce matin à inhumation de ce père de 4 enfants.
Mais avant ces obsèques, une lecture du saint Coran a eu lieu au domicile privé du défunt à Taboundeyah en présence des autorités religieuses, administratives, du Procureur général pres la Cour d’Appel de Conakry ainsi des cadres du département de la justice.
Prenant la parole, le ministre de la juste a promis au nom du Gouvernement, l’entière prise en charge de la famille du défunt et a déclaré qu’il était venu porter le message du président de la transition, de M. le premier ministre chef de gouvernement et de l’ensemble des membres du gouvernement.

Alphonse Charles Wright, garde des sceaux, ministre de la justice et des Droits de l’Homme


<< Comme vous savez toutes les âmes de valent et doivent être considéré comme tel. Cette situation relative à ce décès a écœuré le garde des Sceaux que je suis. En dépit du fait que j’ai pris toutes les mesures en suspendant le procureur de la République, en suspendant le régisseur, je suis venu dire à la famille que cette situation comme tant d’autres ne restera pas impunie>> a-t-ilpromis et d’ajouter
<< Il faut tout de suite rappeller que lorsque vous êtes ministre de la justice et des droits de l’homme nous nous battons depuis que nous sommes-là à faire en sorte que les règles qui gouvernent la détention en République de Guinée soient respectées. Les problèmes d’infrastructures liés aux prisons ne date pas d’aujourd’hui. Depuis 1958 notre pays la République de Guinée n’avait pas de politique pénitentiaire. Il a fallu l’arrivée des autorités de la transition pour que le département de la justice puisse doter ce pays aujourd’hui de ce qu’on appelle la politique pénitentiaire. C’est à travers cette politique que nous sommes en train de faire l’extension de la maison centrale de Conakry, c’est à travers cette politique pénitentiaire que nous sommes en train de recruter les gardes pénitentiaires.>> a annoncéle garde des seaux, ministre de la justiceet des droits de l’Homme.


A rappeler que Mansour BAH, dont les causes de la mort ont été conclues suivant un rapport médicolegal d’une hémorragie cérébrale par un objet contondant a laissé derrière lui une veuve et quatre enfants inconsolables.

Rama Fils depuis Boké, pour Lerenifleur224.com