Braquage à Kankan : 25 millions de GNF disparus après le passage des malfrats, la victime entre la vie et la mort.

Nous en savons un peu plus sur cette opération des individus non identifiés dans la nuit du vendredi à ce samedi 3 juin 2023. Un homme qui frise la cinquantaine, marié et père de deux enfants nommé Alpha Mamadou Diallo a été la cible d’une attaque armée qui l’ a conduit à l’hôpital. Incapable de faire le moindre mouvement ni même de prononcer moindre petit mot ; l’homme est dans un état très critique

Interrogé, cet après-midi de ce samedi 3 juin 2023, Dr Mory Keita, médecin au service de traumatologie de l’hôpital régional de Kankan, qui a reçu la victime nous a confié que :



« On a reçu ce monsieur avec une perte de connaissance, agitation et des vomissements. Il a reçu une balle au niveau de la jambe gauche. Il saignait beaucoup. Heureusement des citoyens ont eu le bon sens de lui faire un garrotage au niveau de la cuisse avant qu’il n’arrive ici. Sinon, il allait se vider complètement de son sang », a-t-il diagnostiqué.

Continuant son intervention, le médecin traitant de Mamadou Alpha Diallo, garde l’espoir quant à la situation actuelle de son patient

« Comparativement à l’état dans lequel nous l’avons reçu, on peut dire que son état est relativement stable en ce moment. Parce que quand on l’a reçu hier, certains membres de sa famille venaient prier sur lui, croyant qu’il était déjà mort. On les a rassurés et on a prodigué nos soins. On a réanimé le malade. A son admission il ne parlait pas, mais ce matin quand je suis allé à son chevet, je l’ai stimulé, il bourdonnait. Donc tout ça c’est bon signe ». a-t-il indiqué.

Venue au chevet de son frère, Mamadou Dian Diallo, pour sa part est revenu sur le film de ce qui s’est passé cette nuit du vendredi.



« Ils étaient au nombre de 3, tous non camouflés. Ils ont ouvert le feu depuis l’extérieur sans réfléchir. Mon grand frère a pris une balle. Ils sont rentrés dans la boutique qui est contigu à notre domicile familial. Ils ont braqué les armes sur nous en nous intimant de faire sortir l’argent pour le leur donner. Sinon ils vont ouvrir le feu sans réfléchir. On avait par estimation une somme d’au moins 25 millions dans le comptoir, ils l’ont emporté en plus de quelques biens comme nos téléphones et nos ordinateurs », a-t-il relaté avant d’ajouter également que : « nous avons alerté à temps la brigade mobile, elle n’a pas réagi. On a aussi informé la police, mais elle est arrivée en retard. C’est pourquoi nous demandons à ce que les autorités acceptent de construire pour notre sécurité à nous tous des commissariats de proximité dans chaque quartier de la commune urbaine », a-t-il clamé.



Karifa Kansan Doumbouya depuis Kankan, pour lerenifleur224.com