Ministère de la Justice : la relecture de la loi portant organisation des juridictions et les difficultés des Cours et Tribunaux au cœur d’un échange

S’enquérir des difficultés qui assaillent le système judiciaire guinéen dans les établissements juridiques, telle est la bataille menée en ce moment par le ministre de la justice et des Droits de l’Homme. Alphonse Charles Wright a rencontré ce lundi 29 mai 2023 les présidents des cours d’appel, des tribunaux de première instance, des juridictions d’exceptions, ainsi que leurs chefs de greffe afin de discuter avec ces magistrats de comment trouver des voies et moyens à leurs problèmes.

A tour de rôle, ces magistrats ont tous ou presque souligné les mêmes besoins qui sont d’ordre technique, logistique et des besoins en personnel dans leurs différentes juridictions. En plus de ces cas, les participants à cette rencontre ont fait la relecture de la loi portant organisation des juridictions.



« Nous avons beaucoup de problèmes, mais il faut reconnaître que notre ministre, le ministre de la justice Charles Wright, se bat très bien. Quand vous prenez le travail de la justice, beaucoup de choses de la société sont basées sur la justice. Quand vous prenez exemple sur les juridictions qui sont à l’intérieur du pays où il n’y a qu’un seul greffier » a déploré Me Mamadou Foré Oularé, président des greffiers de Guinée



Pour Souleymane 1 Traoré, président du TPI de Mafanco cette rencontre est une occasion où l’on doit soulever tous les problèmes afin que solutions soient trouver

Souleymane 1 Traoré, président du TPI de Mafanco



« Je trouve que c’est une occasion très importante pour échanger avec les chefs de juridictions afin d’avoir une vision totale sur les problèmes qui se posent à la magistrature en Guinée (…) il y a des problèmes infrastructurels qui ont été posés, il y a le problème de personnel, du budget de fonctionnement mais qui est en grande partie réglée par le ministre de la justice » a souligné ce magistrat



Ces problèmes et difficultés ont commencé à être pris en compte par le département de la justice souligne le ministre Alphonse Charles Wright

« Aujourd’hui, j’ai l’honneur d’informer l’opinion publique que ces juridictions sont dotées aujourd’hui d’une subvention, sauf que très malheureusement, elles n’arrivent pas à décaisser ces différents montants qui sont alloués dans le cadre de leur fonctionnement. Il fallait débattre de cette question aujourd’hui. Deuxième chose, nous tendons vers le mouvement général des magistrats » a-t-il annoncé



La résolution de toutes ces difficultés va en droite ligne avec les engagements internationaux que la Guinée a pris avec les institutions internationales. Ils s’étendent avec l’érection de plusieurs justices de paix en tribunaux de Première Instance a fait savoir le garde des sceaux.



Rama Fils, pour lerenifleur224.com