JMLP à Kankan : ‘’Aucun journaliste inquiété ou brimé’’ soutient le Directeur de l’information et la communication

Comme chaque année, l’humanité a célébré la 3ème journée mondiale de la liberté de la presse ce 03 mai 2023. Décrété par les Nations Unies en 1993, suivant une recommandation de l’UNESCO. Elle est mise à profit pour rappeler au gouvernement la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de presse et constitue également une journée de réflexion pour les professionnels de médias sur les questions relatives à la liberté de la presse et l’éthique professionnelle.

A l’absence d’une fête officielle qui serait renvoyé le 23 mai prochain selon le département de l’information et de la communication, ce mercredi le directeur régional de l’information et la communication en Haute Guinée Mamady Kansan Doumbouya a pour l’occasion exprimé ses sentiments

« C’est un sentiment de satisfaction et de fierté que je m’exprime devant vous pour magnifier la journée de la liberté mondiale de la presse. Une pensée positive à tous ses vaillants journalistes qui sortent sous la pluie, sous le vent, sous le chaud soleil à la quête de l’information, pour dire la vérité aux citoyens » Déclare-t-il

En marge de son intervention, le Directeur de l’information et la communication s’est dit conscient des difficultés auxquelles les journalistes sont confrontées à longueur de journée, sur le terrain tout comme dans les différentes rédactions

« Dans d’autres pays certains journalistes sont assassinés, incarcérés, menacés parce que tout simplement ils font des investigations, parce qu’ils ont découvert des informations qui sont très cachées heureusement. Chez nous en Guinée tel n’est pas le cas » s’est réjoui Mamady Kansan Doumbouya

Selon notre interlocuteur, la haute Guinée a connu une grande avancée dans les questions relatives à la liberté de la presse

« En Haute Guinée précisément aucun journaliste n’est emprisonné, aucun journaliste n’a été brimé dans l’exercice de son métier, aucun n’a été interpellé. Je crois qu’il faut saluer les autorités du pays pour ça ». Souligne ce responsable régional

A la question de savoir quel regard porte-t-il sur le niveau de l’évolution de la presse dans sa zone de juridiction Mamady Kansan Doumbouya apporte des précisions

« Je pense que c’est une presse très déterminante, c’est une presse qui travaille bien, nous n’avons jamais entendu ou appris qu’un journaliste à donner une information et que derrière cette information qu’il y a eu problèmes. Les journalistes sont en train de travailler avec leurs moyens. C’est vrai que ce n’est pas facile d’exercer le métier de journalisme dans la savane » a fait remarquer le directeur régional de l’information et la communication en Haute Guinée.



Karifa Kansa Doumbouya depuis Kankan, pour Lerenifleur224.com