Dr Bernard Gomou règle des comptes : Un journaliste qui utilise sa plume, qui utilise son micro pour dénigrer, pour dépeindre un chef de l’Etat, je pense que cela est inacceptable.

La 30ème journée internationale de la liberté de la presse a été célébrée ce mercredi 03 mai 2023. En Guinée c’est la grande salle de la Haute Autorité de la Communication dirigée par Boubacar Yacine Diallo qui a servi de cadre à cette célébration en présence du Premier Ministre Dr Bernard Gomou et de quelques membres du gouvernement. Une occasion qu’a saisie les associations de presse et du Syndicat pour décrire les conditions de vie et de travail des hommes de médias en Guinée dans le contexte ou le pays vient de perdre une place dans le classement de Reporter Sans Frontière en quittant de la 84eme à la 85ème place.

Présidant cette journée de célébration, le chef du Gouvernement a déploré les comportements de certains journalistes, qui selon lui, au lieu de faire convenablement leur travail, s’érigent en acteur politique pour dénigrer un chef d’Etat.



« Les gouvernants que nous sommes, apprécions bien entendu les critiques de l’action publique. Cependant, pour qu’elles produisent l’effet escompté, les critiques doivent être objectives et constructives. C’est cela le professionnalisme dans le traitement de l’information ou dans l’analyse des faits d’actualité. Sous votre contrôle, je parle bien du respect de la déontologie et de l’éthique. Quand vous observez un journaliste qui utilise sa plume, qui utilise son micro pour dénigrer, pour dépeindre un chef de l’Etat, je pense que cela est inacceptable. Pire, il ne reste pas qu’à dépeindre un chef d’Etat, mais attaquer sa vie privée, la vie de sa femme, la vie de sa mère et de ses enfants. Pour nous et pour vous, cela doit être inacceptable. Quand vous voyez des journalistes qui se mettent dans le manteau des hommes politiques, qui sont payés par ci, par-là, pour des pots de vins pour décrédibiliser un homme politique. Pour nous, je pense que c’est inacceptable. Et vous, en tant qu’ associations de la presse, vous devez veiller à ce que ces journalistes soient rayés dans vos structures » a-t-il martelé

Et de soutenir plus loin dans son discours que le journalisme, c’est une profession vertueuse.



Rama Fils, pour Lerenifleur224.com