Coopération Guinéo-Japonaise : L’aide en matière d’infrastructures judiciaires et pénitentiaires promise par le japon en faveur de la Guinée.

La Représentation diplomatique Japon a eu un tête-à-tête ce mercredi 15 mars avec le garde des sceaux , ministre de la Justice et des Droits de l’Homme en toile de fonds de cette audience, l’aide du pays du soleil levant à la Guinée dans plusieurs domaines notamment la réalisation des infrastructures judiciaires et pénitentiaires.

Kato Ryuichi, l’ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Japon en Guinée et Alphonse Charles Wright ont échangé sur comment les aides en faveur de la Guinée pourront être concrétisée



 » Le Japon a toujours accompagné la Guinée pour qu’on puisse aboutir à la fin de la transition et puis surtout à l’importance du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme dans cette transition. Donc, on a échangé un peu comment est-ce qu’on peut travailler ensemble. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles on pourra travailler comme par exemple pendant les élections, l’élaboration de la constitution. Et plus j’ai véritablement constaté qu’il y a une nécessité d’établir les bases des infrastructures judiciaires, c’est vraiment important. On est en train d’étudier tôt cela et voir comment on pourra travailler ensemble » a indiqué le diplomate nippon

Pour sa part, le ministre de la justice a mis l’accent sur la construction des infrastructures judiciaires et pénitentiaires dont la Guinée est en manque criard. Mais au-delà de cela, Alphonse Charles Wright a souhaité auprès du pays du soleil levant la formation des magistrats sur les questions électorales



 » Il faudrait réfléchir comment aider cette justice-là à pouvoir répondre de manière efficace aux besoins primaires de cette transition. Il faut penser à la construction des infrastructures. Lorsque vous prenez par exemple les élections locales et tôt ce qui en suit, ce sont les magistrats qui sont en amont et en aval dans le règlement du contentieux électoral. Alors, il faut penser à la formation de ces magistrats et doter notre pays d’une véritable école de la magistrature et construire des établissements pénitentiaires et judiciaires. C’est pourquoi j’ai solennellement demandé à la M. l’ambassadeur de réfléchir avec nous et voir comment nous pourrons mettre en œuvre dans le cadre des trois(3) piliers que le japon a avec la Guinée »

A travers cette audience, Alphonse Charles Wright a réaffirmé tout le soutien à la Guinée dans le cadre de son appui notamment à travers le département de la Justice qu’il est chargé de diriger dans l’accomplissement de ces différentes missions.




Rama Fils, pour Lerenifleur224.com