Ne nous préparez pas pour nous présenter à notre seigneur, nous le sommes déjà ! (Par Abdallah CAMARA)

Dans la plénitude de nos pensées, nous nous rendons compte du saut du criquet au ralenti.

Taciturne, le peuple de Guinée est !

Mais dans le tréfonds de nos aspirations, la désillusion triomphe sans effort.

Le peuple, celui de mon pays, est juste placide, pas crédule.

Faites vous-même vos propres analyses. Plus besoin d’expertise.

Aviez-vous réussi là où, vos prédécesseurs ont échoué ?

Posons les vraies questions et laissons chacun apporter ses réponses sans contrainte.

Gouverner peut être très éprouvant, vous l’aviez enfin compris. Alors que faire ?

Tout vous échappe, rien ne vous réussit ! Cela ne veut pas dire que vous ne fournissez pas d’efforts. Sauf que l’évaluation doit se faire sur des éléments de comparaison.

Dans tous les secteurs d’activité, les crises sont aiguës et nous avons comme l’impression d’être en lambeaux.

Sans aucun procès d’intention, je veux vous interpeller. En tant que citoyen, j’ai besoin de vous entendre. Guinéen, je veux vous écouter.

Pour aider, il faut comprendre. Pour se faire comprendre, il faut expliquer.

Aider votre peuple, nous sommes dans le flou.

Aidez-nous, car nous sommes dans l’amertume.

Évitez de nous plonger dans l’émoi total, la frustration ou l’amertume.

« Réussir, c’est être en contact avec le monde et communiquer sa passion », disait l’autre !

Nul ne peut échapper à cette règle. Tenez un langage de vérité, nous partirons sur de nouvelles bases.

Le peuple, c’est aussi l’observation, ne nous préparez pas pour nous présenter à notre seigneur, nous le sommes déjà !

 

 

 

Abdallah CAMARA, journaliste