Retour à l’ordre constitutionnel : L’UFROC invite le CNRD à organiser les législatives et présidentielles entre le 1er janvier et le 31 mars 2025.

Depuis un certain moment, bon nombre de la classe sociopolitique du pays constatent avec amertume que le retour à l’ordre constitutionnel n’est plus d’actualité chez les dirigeants actuels du moment. Aucun acte n’a été posé dans ce sens depuis la prise au pouvoir par le Comité National du Rassemblement et le Développement (CNRD) dirigé par le Général Mamadi Doumbouya.

 

 

Des démarches contraires aux paroles du 5 septembre sont démontrées chaque jour qu’il n’y a aucune volonté de rétablissement à l’ordre constitutionnel à tous les niveaux. L’Union des Forces pour le Retour à l’Ordre Constitutionnel (UFROC) sous le leadership de Dr Ibrahima Sacko, de la Coalition Sauvons la Guinée (CoSaG) et Président du parti Changement-Progrès-Unité pour la Guinée (CPUG) n’est pas rester en marge de cette préoccupation. Ce jeudi 27 juin 2024,  en marge d’une conférence de presse animée à Conakry, Abdourahamane Sacko, président de la jeunesse de l’UFROC a dans une déclaration que le retour à l’ordre constitutionnel doit être une priorité pour le Général Doumbouya et son équipe ce, avant le 31 décembre 2024

 

 

« Nous sommes à un moment crucial de l’histoire de notre pays, où chaque décision prise, chaque acte posé par chacun et chacune de nous peut nous conduire vers un avenir plus prometteur ou un chaos généralisé aboutissant à des lendemains incertains pour notre nation. Le retour à l’ordre constitutionnel étant le juste choix pour la sauvegarde de l’Unité nationale, les autorités actuelles devraient consacrer leurs efforts au plus tard au 31 décembre 2024 » a-t-il déclaré et d’ajouter que cette période restante de la fin de ce délai permettra entre autres

«  À la promulgation de la nouvelle Constitution, à la mise en place du recensement général de la population et de l’habitat, au Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil (RAVEC) et le fichier électoral, à l’organisation des scrutins référendaires, à l’élaboration des textes de lois organiques et à la mise en place des institutions. » a précisé Sékouba Bayo et d’indiquer que notre histoire nous enseigne que la force d’une nation repose sur la solidité de ses institutions et le respect de ses lois fondamentales garants de l’unité, de la paix, et de notre développement économique.

« De ce fait, la promulgation de la nouvelle Constitution et la mise en œuvre des activités du chronogramme permettront de dissiper les incertitudes et de fournir une base solide pour l’organisation des futures élections locales, législatives et présidentielles entre le 1er janvier et le 31 mars 2025. L’Union des Forces pour le Retour à l’Ordre Constitutionnel observera avec une grande attention les autorités actuelles pour le retour à un régime démocratique souhaité, voulu par l’ensemble des Guinéennes et Guinéens. » Soutien ce jeune politicien.

 

 

Moise Rama Fils pour Lerenifleur224.com