Retrait des licences du groupe Hadafo médias, Djoma médias et FIM Fm : L’Union des Consommateurs de Guinée, adresse un courrier au Ministère de l’Information et de la Communication

Fidèle à ses principes d’actions et au regard de l’émotion que suscite le retrait des licences des radios/télévisions Espace Fm & Tv, Djoma Fm & Tv, FIM Fm, l’UCG s’est adressé aux autorités concernées à travers ce courrier que nous portons à la connaissance des consommateurs-auditers guinéens pour information.

 

 

COURRIER ADRESSÉ AU MINISTRE DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION CI-DESSOUS :

Excellence Monsieur le Ministre,

Depuis deux jours, l’Union des Consommateurs de Guinée (UCG) est interpellée par un nombre exceptionnel d’auditeurs qui s’inquiètent de la fermeture de trois médias intervenue le 21 mai dernier.

Sachant que les trois médias concernés (Espace Fm, FIM Fm et Djoma média), captent une très grande partie de l’audimat guinéen, l’UCG accorde une importance particulière à cet événement au regard de l’émoi que cette fermeture suscite et des intérêts des auditeurs-consommateurs qui sont ainsi menacés (notamment leur droit à l’information).

Dans la perspective de trouver une solution qui permette à nos consommateurs de continuer à s’informer et se distraire à travers les émissions de ces médias, l’UCG souhaite humblement que le Ministère de la Communication envisage une alternative à leur fermeture.

En effet, dans la mesure où ces médias sont fermés pour « non-respect de leur cahier de charges », n’est-il pas possible d’envisager un moratoire pour que lesdits médiats se mettent en conformité ?

Nous rappelons qu’au-delà l’utilité naturelle des médias propre à chaque auditeur, c’est surtout par le biais des médias privés que les consommateurs guinéens reçoivent les informations essentielles à leur droits et devoirs en matière de sécurité, de santé, de biens et services, de respect de la loi, etc. Dès l’instant où trois (3) des plus écoutés de ces médias ne sont plus en mesure d’accomplir leur part de service public, les messages publics et privés à destination des citoyens n’auront plus l’impact souhaité.

Par ailleurs, à partir du moment où l’outil de travail de ces médias ne fonctionne plus, il va sans dire qu’il leur sera définitivement impossible de remplir une bonne partie de leurs obligations (notamment financières) comprises dans les cahiers de charges.

C’est pourquoi, l’UCG sollicite qu’une concertation constructive soit engagée afin de préserver le droit à l’information d’une grande partie des auditeurs guinéens et la pérennité de ces trois entreprises pourvoyeuses d’emploi directs et indirects.

En vous remerciant de l’attention que vous avez bien voulu, accorder à la présente, l’Union des Consommateurs de Guinée, vous prie, Monsieur le Ministre, d’agréer l’expression de sa haute considération.

 

 

  • Ousmane Baldé, pour lerenifleur224.com