La faim s’aggrave en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale

C’est la conclusion de la dernière enquête menée par une dizaine d’agences de l’ONU et d’organisations non-gouvernementales dans dix-sept pays. S’alimenter va représenter un réel défi pour plus de 50 millions de personnes durant la période de soudure, l’été prochain. Menée en coordination avec les gouvernements et la CEDEAO, cette enquête inclut le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, mais aussi le Cameroun et le Nigeria.

Dans cette vaste zone, 52 millions de personnes auront du mal à se nourrir pendant la période de soudure, c’est-à-dire dans l’intervalle entre deux récoltes qui s’étend de juin à août. Cela représente 4 millions de personnes supplémentaires par rapport à la même période l’année dernière.

Dans le détail, 12% de la population, soit une personne sur dix, auront des difficultés pour accéder à des aliments salubres et nutritifs en Afrique de l’Ouest et centrale au cours de cette période, d’après les projections réalisées par une dizaine d’organisations dont l’Unicef et Oxfam.

Au Nigeria, cette insécurité alimentaire pourrait toucher 16% de la population, soit 30 millions de personnes. Au Tchad et en Sierra Leone, jusqu’à 20% de la population pourrait être concernée.

Dans la région de Ménaka, dans le nord du Mali, plusieurs milliers de personnes risquent de souffrir d’une « faim catastrophique » d’après l’enquête, ce qui correspond au niveau d’insécurité alimentaire le plus grave.

Excepté en Guinée, au Bénin, au Ghana et en Côte d’Ivoire, l’insécurité alimentaire va s’aggraver dans tous les pays étudiés au cours des prochains mois.

En l’espace de cinq ans, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a été multiplié par quatre en Afrique de l’Ouest et centrale, pointe le Programme alimentaire mondial.

Les enfants de moins de 5 ans en sont les premières victimes. Près de 17 millions d’entre eux souffrent de malnutrition aigüe, un chiffre sans précédent.

Source : rfi