Décès de détenus à Coyah : le Ministère de la justice et des Droits de l’Homme prend des mesures fortes face à la situation

Conduite par la Secrétaire générale, Madame Irène Marie Hadjimalis, une délégation du Ministère de la Justice et des droits de l’homme s’est rendue ce lundi 6 Mai 2024 à Coyah pour s’enquérir des réalités suite au cas de morts malheureusement enregistré, dimanche 05 mai 2024. Il s’agit de trois personnes en attente de jugement dans les locaux disciplinaires de la compagnie de la gendarmerie et de la police qui ont trouvé la mort suite à la forte chaleur survenue dans le pays ces dernières 72 heures. Un certain Yamoussa Camara, récidiviste poursuivi pour vol aggravé et Mohamed Camara également poursuivi pour vol aggravé.

 

 

Leurs corps ont été remis à leurs familles pour inhumation. Ce lundi, le commissariat central de police a porté à la connaissance du Tribunal de Première Instance, la mort dans ses locaux de Mamadou Yaya Baldé qui était en attente de jugement pour coups et blessures.

Conduisant la délégation, la Secrétaire générale a jugé cette situation très déplorable.

 

 

« Je tiens ici personnellement à présenter mes condoléances aux différentes familles éplorées à la communauté et tous les citoyens de Coyah pour ce qui est arrivé. C’est très dommage nous aurions souhaité venir comme ici comme nous le faisons de temps à autre pour quelque chose d’intéressant mais venir pour ce genre de situation c’est déplorable. C’est arrivé, donc, nous ne pouvons pas rester tranquille, il faut qu’on se déplace, qu’on vienne. Heureusement en collaboration avec monsieur le préfet, les membres du tribunal tout le monde s’est mobilisé on nous a fait visiter les locaux dans lesquels ces drame ont eu lieu ensuite nous sommes venus au niveau du centre de détention en construction. » a déclaré Irène Marie Hadjimalis, visiblement très émue par la situation. Avant de quitter les lieux, Madame la Secrétaire générale a donné l’ordre de nettoyer les anciens locaux rénovés pour recevoir des détenus en vue d’éviter de nouveaux drames.

La forte chaleur provoquée par l’exiguïté des lieux de détention et la pléthore est la cause des trois (3) cas de mort. Aucune de ces personnes ne présentait de signe de maladie au moment de leur placement sous mandat de dépôt, d’après le Procureur de la République. Monsieur Lazare Mamady Bauret

 

 

« Et comme vous le savez Coyah ne dispose pas de prison pour le moment donc ces locaux nous servent de relais pour garder nos détenus et compte tenu de la canicule ces personnes au nombre de deux (2) ont trouvé la mort. Et c’est l’occasion pour moi de présenter mes condoléances à la famille et aux proches de ces victimes (…) Les causes de la mort c’est la canicule il y a une forte chaleur c’est ça officiellement la cause parce que ce sont des personnes qui ont été admise à l’hôpital. Le premier s’appelle Yamoussa Camara il était poursuivi pour un cas de vol aggravé et normalement demain mardi 7 il devrait connaître son sort puisque le dossier a été mis en délibéré pour décision être rendu le 7. Le second est un jeune du nom de Mohamed Camara qui était poursuivi pour un cas de vol aggravé à la tire et il était en prison depuis le 25 avril. Ce matin aussi très malheureusement au niveau de la police un autre du nom de Mamadou Yaya Baldé a trouvé la mort lui aussi il a été poursuivi pour des faits de coup et blessures il avait poignardé un citoyen et il c’est sa famille même qui a porté plainte, il était en détention en moyen d’une semaine très malheureusement nous n’avons pas pu le juger le pire est arrivé » regrette ce magistrat avant d’annoncer les dispositions prises

« La première disposition pratique qui a été prise c’était de faire en sorte que ces prévenus aient des funérailles dignes de nom et aussi discuter avec la famille sur les dispositions prises cela en collaboration avec les chefs hiérarchiques procureur général, l’administration pénitentiaire aussi l’administration en charge de la justice et des droits de l’homme je pense que cela a été fait. En plus de cela une visite a été initiée par le ministère de la justice pour s’enquérir non seulement de la réalité des conditions de détention provisoire de ces détenus mais également visiter les locaux de la prison moderne est en construction. » Précise-t-elle

 

 

Pour rappel, c’est suite à l’attaque de la prison civile de Coyah, le 23 juin 2023, que les autorités ont décidé, en attendant la construction d’une nouvelle maison d’arrêt, de répartir les personnes en détention provisoire entre le commissariat central, la compagnie mobile d’intervention et de sécurisation ainsi que les gendarmeries.

 

 

 

Le Renifleur de retour de Coyah, pour lerenifleur224.com