Ðissolution du gouvernement Goumou: Fayimba Mara fustige la méthode  » cette façon de les remercier, perd son caractère humain… »

La dissolution du gouvernement de la transition continue de faire couler encres et salives au sein l’opinion publique. Une première au sein de l’appareil étatique guinéen, qui devrait être revue.

À en croire le le juriste et constitutionnaliste Fayimba Mara cette façon de renvoyer les ministres de leurs fonctions est bruttale

« C’est vrai qu’on est tous étonné. On a tous été surpris hier parce que au point de vue pratique gouvernementale, on n’a pas connu ça de par le passé. C’est vrai que cette pratique s’instaure avec le CNRD mais j’avoue que je suis très surpris. Surpris dans le sens où on ne peut pas comprendre que les hautes personnalités comme des ministres, qui ont incarnés à un moment donné l’image de la nation, qui ont servi la République et quelque soit ce qu’on leur reproche. Tant que les faits ne sont pas établis, je crois que cette façon de les remercier, perd son caractère humain. Donc aujourd’hui, on a tous la peur au ventre pour dire que ce n’est pas une pratique consacrée. Il ne faut pas souhaiter que cette pratique perdure. Une fonction de ministre c’est un don de soi, on n’a pas de vie de famille. Donc il n’y a pas de raison qu’on soit remercier de la sorte. » a fait remarquer ce professeur de droit à l’UGLC-Sonfonia

Il faut noter que les raisons de cette dissolution du gouvernement Goumou restent encore en suspens. Ce pendant, à la question de savoir si les faits de corruption seraient une des raisons. Me Fayimba Mara répond en ces termes.

« Dans les conditions normales d’abord, vu leur statut, c’est vrai que ce sont des justiciables mais pas des justiciables ordinaires. Ça c’est dans tous les pays du monde. Généralement, il y a des formalités autour de l’engagement de leur responsabilité. Surtout qu’à date rien ne prouve que tel ou tel ministre est impliqué dans tel détournement, il n’y a pas d’enquêtes appropriées pour que le faits soient établis. » Souligne-t-il

À en croire ce juriste, la bonne formule voudrait que le chef du gouvernement passe par un communiqué officiel afin de déposer sa démission suivie de celles de tous les membres du gouvernement.

 

Nagnouma Sanoh, pour lerenifleur224.com