AG/UFR : Tidiane Conté aux dirigeants du pays : « Si vous rendez la presse muette, c’est parce que vous voulez commettre des crimes sans témoins »

L’Union des Forces Républicaines (UFR) dirigée par l’ancien Premier Ministre, Sidya Touré a tenu son assemblée hebdomadaire ce samedi 27 janvier 2024. Au cours de la rencontre qui a réuni plusieurs membres du parti, Tidiane Conté du bureau politique national a fait le tour sur l’actualité socio-politique du pays.

 

Pour ce proche de Sidya Touré, organiser des élections devant conduire le retour à l’ordre constitutionnel reste et demeure, la seule mission de la junte au pouvoir. Mais avant, ce cadre de l’UFR invite les supporters du Syli à plus de responsabilité.

 » Je vais commencer par l’actualité sportive, notre équipe nationale qui s’est qualifiée pour les huitièmes de finale de la coupe d’Afrique des nations, nous les félicitons et les encourageons. Vous avez remarqué quand le Syli gagne où que le syli perd, nous enregistrons les pertes en vie humaine. Donc, en cas de victoire pour le match de demain, nous demandons à nos compatriotes de célébrer notre victoire avec modestie>>, a-t-il exhor avant de poursuivre.

 » Si le président de la transition veut être célébré par les guinéens, il doit bien conduire la transition dans l’honneur et dans la dignité à la satisfaction du peuple de Guinée.
Mais le constat en tant que citoyen, ça fait plus de deux ans que nous sommes dans cette situation. Les braves citoyens qui sont dans cette salle, est-ce que le marché est abordable? Est-ce qu’on on étudie bien en Guinée? Est-ce qu’il y a le courant? Est-ce qu’il y a l’eau en Guinée? Mais qu’est-ce qu’on célèbre au fait si ce n’est la misère et la médiocrité? Donc nous, nous demandons très humblement au président de la transition de mettre la balle à terre, d’essayer de sortir de cette transition avec honneur et dignité pour le bonheur du peuple de Guinée. En ce moment, le peuple de Guinée saura quel grade on doit lui accorder >>, a-t-il martelé.



Se prononçant sur la situation que traverse la presse guinéenne, pour Tidiane Conté, le pays est juste malheureux.

« Si vous rendez la presse muette c’est parce que vous voulez commettre des crimes d’État sans témoins. Quand l’État veut créér un crime sans témoins, il rend la presse muette, on coupe l’internet et on fait du sale boulot.
La Guinée est un pays malheureux, nous sommes très malheureux il n’y a pas internet pas de courant et la vie devient de plus en plus chère. Bientôt le mois de Ramadan, comment on va s’en sortir?  » , s’interroge ce cadre de l’Union des Forces Républicaines.



Ahmed Djogo Diallo pour lereniffleur224.com