UFR à propos de l’incendie du depot de carburant : « Personne ne peut dire avec assurance quand est-ce que cela va s’arrêter… »


Le parti Union des Forces Républicaines a tenu sa première assemblée générale hebdomadaire au compte de l’année 2024, ce samedi 13 janvier. Au delà des vœux de nouvel an formulés par ces cadres, l’explosion de l’entrepôt d’hydrocarbures à Kaloum et la gestion du Comité National du Rassemblement pour le Développement étaient au centre des débats.
Au cours de la rencontre, le bureau de l’UFR a également enregistré de nombreuses adhésions. Il s’agit de plusieurs jeunes venus de la commune de Kaloum.
Dans son allocution, Tidiane Conté, membre du bureau exécutif a mis un accent sur l’explosion survenue au dépôt central d’hydrocarbures à Coronthie dont les conséquences restent énormes.

 



« Ce qui s’est passé à Kaloum, a des conséquences que personne ne peut imaginer. C’est extrêmement grave pour notre pays. Imaginez d’abord, il n’y a qu’un seul dépôt de carburant pour toute la Guinée, c’est très inquiétant. Aujourd’hui, nous n’avons pas de dépôt de carburant convenable. Les conséquences sont diverses notamment sur la cherté de la vie, la crise de carburant, le chômage. Ce sont des choses vraiment inquiétantes. Personne ne peut dire avec assurance quand est-ce que cela va s’arrêter », a-t-il martelé.

Poursuivant, ce cadre de l’UFR n’a pas manqué de dénoncer les violations du droit à l’information et à la communication que vivent les citoyens sous la gouvernance du CNRD.

« La Guinée vit une situation que nous n’avons jamais connu. La liberté de la presse a été acquise grâce à un long combat sous le leadership d’un militaire. Aujourd’hui, un autre militaire vient nous retirer tout cela, c’est extraordinaire. Interdiction des manifestations, restriction d’internet et autres, tout cela sous la gouvernance de Mamadi Doumbouya. Pourtant, ce n’est pas ce qu’il nous avait dit le 5 septembre 2021 », déplore Tidiane Conté.

Au regard de ces nombreuses difficultés, l’organisation des élections devrait être une priorité pour le président de la transition, à en croire cet homme politique.

« L’année 2024 commence avec un cauchemar pour le peuple de Guinée. La transition n’apportera rien de spécial à notre pays si ce n’est le retour à l’ordre constitutionnel. Ce n’est pas parce que nous détestons les autorités de la transition. Nous avons donc comme préoccupation aujourd’hui, l’organisation des élections. Ce qui devrait être le cas pour le président de la transition et nous aimerions que l’engagement pris par Mamadi Doumbouya et son équipe soit tenu, pour que les élections soient organisées en cette année 2024 », conclut ce membre du bureau exécutif de l’Union des Forces Républicaines.

En cette première journée de la Coupe d’Afrique des Nations, ces cadres politiques ont exprimé leur soutien et leur encouragement à l’équipe du tricolore guinéen.



Nagnouma Sanoh pour lerenifleur224.com