Inondations en Libye : le bilan pourrait atteindre les 20 000 morts, l’aide humanitaire s’intensifie

C’est un bilan humain qui dépasse l’entendement. Le nombre de personnes tuées dans les inondations qui ont dévasté Derna pourrait grimper à 20 000 personnes, a déclaré mercredi 13 septembre le maire de la ville, Abdoulmenam Al-Ghaithi, à la chaîne Al-Arabiya, soit 20 % de la population de cette ville de l’est de la Libye avant la catastrophe.

Les derniers bilans officiels communiqués étaient confus, variant d’un responsable à l’autre. Si le porte-parole du ministère de l’Intérieur au sein du gouvernement de l’Est a fait état mercredi de plus de 3 840 morts, le ministre lui-même, Issam Bouznigua, a parlé quelques heures plus tard de 2 794 morts à Derna et dans les autres villes de l’Est. Le ministre de la Santé, Othman Abdel Jalil, avait dit lui s’attendre lundi soir à un bilan de 10 000 morts. Les autorités ont en tout cas prévenu que ces derniers bilans pourraient nettement s’alourdir, alors que des milliers de personnes étaient toujours portées disparues.

Un responsable de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a fait état, lui, d’un nombre « énorme » de morts qui pourraient se compter en milliers, avec 10 000 disparus.

« La plupart des victimes auraient pu être évitées », a affirmé jeudi Petteri Taalas, le patron de l’Organisation météorologique mondiale qui dépend de l’ONU, lors d’un point-presse à Genève, pointant du doigt la désorganisation liée à l’instabilité politique dont souffre la Libye depuis des années.

À Derna, frappée par la tempête Daniel dimanche, les bâtiments ont été dévastés, les ponts emportés par les eaux, des quartiers entiers sont submergés et les routes ont disparu, laissant une ville méconnaissable.

France24