Culture / Page noire : Un acrobate, meurt en pleine séance de répétition 

Âgé d’une vingtaine d’années, le danseur Alhansane Camara du groupe acrobatique « Amoukanama », a rendu l’âme dans la nuit du dimanche à lundi 11 septembre 2023 au CHU, Ignace Deen, suite à un accident de travail lors d’une séance de répétition. Interrogé, Moustapha Cissé, manager du groupe, relate les faits.

« Les groupes traditionnels font leur répétition du lundi au jeudi. Mais il y en a certains qui décident de faire des créations entre eux. C’est ainsi qu’hier, au nombre de quatre personnes, ils ont jugé de partir à la Bluezone de Kaloum, pour faire de nouvelles créations. C’est là-bas qu’il a eu un accident.  Il a eu un choc au niveau de son cou. Soudainement ses amis l’ont emmené à l’hôpital Donka avant de se diriger vers Ignace Deen. Au département de la chirurgie, ils se sont mis à la tâche, ils lui ont fait le scanner, il s’est avéré qu’il a eu un choc grave. Donc il fallait une intervention très urgente qui coûtait 25 millions. Mais comme dans les hôpitaux guinéens, les dimanches, il n’y a pas de professionnels, ils lui ont donné des calmants dans l’espoir de faire l’intervention ce lundi. Malgré qu’on n’avait pas les moyens, on cherchait à l’évacuer à l’étranger.

Donc il est resté dans une salle jusqu’à 23 heures. Il parlait peu, il ne bougeait pas. D’après les informations que j’ai reçues, c’est à 00 heures qu’ il a perdu sa voix et il a rendu l’âme à une heure du matin. Puisque nous, nous sommes ses collaborateurs, sa famille a décidé de l’enterrer dans son village à Forécariah. » A-t-il expliqué.

Malgré le risque qu’ils encourent, ces danseurs ne sont pas prêts à abandonner. Cependant, Moustapha Cissé demande aux autorités de les aider afin de trouver un cirque professionnel.

« Nous profitons de ce drame pour lancer un appel à l’Etat, afin que les autorités puissent nous aider à avoir un cirque professionnel en Guinée. On en a déjà un, que nous avons acheté nous-mêmes à Maferenya. Ils n’ont qu’à vraiment nous venir en aide. Si nous sommes dans un lieu approprié, ça peut limiter les dégâts. » Sollicite le manager du groupe Amoukanama.

A souligner que le ministère de la culture avait dépêché une délégation à la morgue, pour présenter ses condoléances à la famille éplorée.

Aux dernières nouvelles, le corps de Sana acrobate, a été rapatrié dans son village natal à Forécariah pour son inhumation.

Ami Camara, pour lerenifleur224.com