Réactions à la suspension des magistrats de Labé : « le ministre est dans son rôle » (Thierno Sadou Diallo)

Selon le consultant international, Thierno Sadou Diallo, président du Mouvement pour la Refondation de la République, en suspendant les magistrats de Labé, le ministre Alphonse Charles Wright « est dans son rôle », rapporte votre quotidien en ligne infosbruts.com basé en Moyenne Guinée.

Réagissant à la suspension des magistrats de Labé sur son compte facebook, le président du Mouvement pour la Refondation de la République, Thierno Sadou Diallo, consultant international ne va pas du dos de la cuillère.

« Tous ceux qui sont entrain de pousser les magistrats à se rebeller contre le ministre de la justice sont entrain de rendre un mauvais service à la Guinée. Ils vont jusqu’à dire que les magistrats doivent entrer en grève pour protester contre les sanctions prises par le ministre. Et qu’ils ne doivent plus se contenter de faire des déclarations. Vraiment le summum de l’irresponsabilité! Ils ne s’imaginent pas tout ce que cela peut créer comme crise institutionnelle, et de blocage à tous les niveaux. Quel impact sur les justiciables et tous ceux qui comptent sur la justice pour leur survie » a-t-il déclaré.

Poursuivant, il regrette : « dans les réactions, pas une seule fois j’ai entendu quelqu’un parler de la protection du citoyen ordinaire, de l’erreur judiciaire, du magistrat indélicat, de l’intention délibérée de nuire, de préjugé flagrant, ou des voies de recours du citoyen lambda victime d’une erreur inexcusable. Ils ne parlaient que de l’immixtion du ministre dans les affaires judiciaires ou de l’indépendance des magistrats. A mon avis, et jusqu’à preuve du contraire, le ministre est dans son rôle. Le ministre de la justice est chargé de surveiller l’application de la LOI, et même de faire un check-up. J’ai du mal à suivre certains guinéens. Pratiquement, depuis l’indépendance, les guinéens se plaignent de leur justice. Maintenant que nous avons quelqu’un qui secoue le baobab, on l’accuse d’immixtion dans les affaires judiciaires. On peut reprocher beaucoup de choses à Charles Wright mais lui au moins fait son travail et il est sur tous les fronts. J’ai entendu quelqu’un dire: » Mais il est au four et au moulin « .
Et alors? Dans l’état actuel de notre justice, « je préfère un Charles Wright qu’un ministre aux abonnés absents. Arrêtons de voir tout sous l’angle de la politique! Ça c’est un autre débat ! Mais dans cette affaire de Labé, il s’agit d’une citoyenne dont les droits ont été violés et qui a été victime d’une erreur inexcusable » insiste-t-il.

Ce qui aurait de plus dérangé Thierno Sadou Diallo dans les commentaires, « c’est cette propension de certains journalistes à défendre les magistrats, même indélicats. C’est quoi ça ? On est là pour défendre la cause du public ou bien des magistrats. On est là pour défendre la cause du citoyen ou bien celle d’une corporation? Mais laissez-les! Ils peuvent se défendre eux-mêmes. Ils n’ont pas réussi à faire voter la loi organique portant statut du magistrat? Mais c’est quoi cet emballement de certains dans la presse envers les magistrats? A nous faire montre du « Je t’aime, moi non plus », s’interroge-t-il avant d’enfoncer le clou : « après vos embrassades là dites nous maintenant comment un citoyen gravement lésé par une procédure judiciaire du fait du comportement inapproprié d’un magistrat peut trouver recours devant la LOI? Comment cette personne pourra-t-elle introduire une demande de dommages et intérêts? Dites nous hein, parce que moi je ne sais pas ! Je ne suis pas de ce corps de métier. Comment établir la responsabilité civile des magistrats? Dites nous comment le citoyen peut être mieux protégé ! » Interroge-t-il.

Pour Thierno Sadou Diallo, « au lieu de nous éclairer sur ces points, certains journalistes vont jusqu’à nous dire de supprimer l’inspection générale des services judiciaires et pénitentiaires. Oui vous avez bien lu ! OK on met quoi à la place après ! A les suivre dans leur raisonnement et dans leur élan à donner toujours plus de pouvoirs aux magistrats pour assurer l’indépendance de la justice, mais qui a besoin même d’un ministère de la Justice ? »

Thierno Sadou Diallo, consultant international
Président du Mouvement pour la Refondation de la République

Vu sur infobruts.com