Manifestation de soutien au Président Doumbouya à Kankan : ‘’ Si cela s’avère, des poursuites judiciaires seront engagées contre les organisateurs’’ Rassure Charles Wright

Après l’organisation d’une manifestation publique le week-end dernier par certains jeunes dans la ville de Kankan en guise de soutien au CNRD, le ministre de la justice et des droits de l’homme monte au créneau.

Invité chez nos confrères de Fim FM dans l’émission Mirador de ce lundi 14 août 2023, Charles Wright a annoncé que des procédures judiciaires seront engagées contre les organisateurs, si toutefois les faits sont établis.

 « Lorsque vous m’avez dit tout de suite qu’il y a eu une manifestation à Kankan, j’ai été très formelle, que ça soit des manifestations pour qui ou pour contre, pour soutenir tel ou tel, le principe chez moi est très clair. Toutes manifestations non autorisées sous la voie publique tel que résultant des dispositions légales des articles 661, 622, 623 et 624 feront l’objet de poursuite judiciaire. J’ai appelé le Procureur Général pour lui poser la question, est-ce qu’il y a eu des manifestations à Kankan ? Il me dit qu’il vient de l’entendre sur les antennes, je vais appeler le maire et le préfet pour que je puisse vous remonter les informations. Dans notre politique pénale, il n’y a pas deux guinéens, il n’y a pas deux positions diamétralement opposées. Ce n’est pas possible et ça ne sera pas possible. La conformité et l’égalité de tous devant la loi doit s’affirmer. Il y a ce qu’on appelle la réunion publique, il y a ce qu’on appelle les cortèges et les marches. L’article 621 est très clair, doivent faire l’objet de déclaration préalable, les réunions, les cortèges et défilés et d’une façon générale, les manifestations sur les voies et lieux publics mais, il y a eu des exceptions. On dit sont dispensés, qui ne peut pas faire l’objet d’une autorisation préalable, les sorties sur la voie publique conforme aux usages locaux, notamment les cérémonies religieuses, sportifs, culturelles et traditionnelles, si ce n’est pas dans ce cadre-là, pas de manifestation de soutien au Président de la République. Il n’est pas là pour ça. Le Président a été très clair, il ne faut pas créer l’amalgame dans la tête du guinéen, le président ne peut pas dire une chose et que sur le terrain le contraire se passe. Si c’est le cas, ma main sur le cœur, si c’est établi que c’est un cortège, une réunion sur la voie publique qui sont pas exempte de la déclaration préalable, j’ai dit au Procureur Général, je l’ai instruit d’engager des poursuites judiciaires contre ces organisateurs et toutes personnes liées à ça. Que personne ne sort pour dire on soutient le Président, nous ne sommes pas des politiques, on est pas là pour des campagnes, c’est aussi clair que ça. »  A fait savoir Alphonse Charles Wright, ministre de la justice et des Droits de l’Homme.

Ousmane Baldé, pour lerenifleur224.com