Condamnation de la Guinée par la cour de justice de la CEDEAO pour violation des droits des citoyens, le président de l’UFDG se réjoui de la décision

Empêchés par les autorités guinéennes de s’enroler sur la liste électorale en prélude au double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020, des citoyens guinéens vivants au Sénégal avaient à l’époque, porté l’affaire devant la cour de justice de la CEDEAO. Une démarche qui ne restera pas sans suite.

Car l’État guinéen a été récemment condamné par la cour de justice de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest au payement de 102.500.000 Francs CFA pour violation des droits des citoyens.

Une décision judiciaire saluée par le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée. Cellou Dalein Diallo l’a fait savoir à la faveur d’une réunion ténue ce mercredi 9 août 2023 à Dakar.

«La condamnation contre l’exclusion des citovens guinéens vivants au Sénégal des élections législatives, présidentielles et même du référendum est une manifestation éloquente de cette fraude dans le secteur. Les gens ont des difficultés de senrôler. Les guinéens qui sont partis il y a des années, qui ne sont pas revenus pendant cinq ans au moins ne pouvaient plus voter. C’est une forme d’exclusion qui a été consacrée par un texte réglementaire de la CENI. Il fallait dénoncer et je pense qu’on l’a bien fait dans cette action menée à la Cour de Justice de la CEDEAO.»
Se réjoui le président de l’UFDG.

Lexercice du droit de vote a été empêché dans certaines zones de la Guinée, souligne cet acteur politique. À titre illustratif, Cellou Dalein Diallo revient sur quelques cas survenus au cours du régime d’Alpha Condé.

«Je prends les gens de Kouli, un district de Dalein. Ces habitants ont été mis dans un bureau de vote à Daralabé situé dans une autre sous-préfecture. À Dabola, on a mis le bureau de vote d’un district à 50 kilomètres du district. C’était au niveau de la CENI, c’était volontaire pour empêcher ces gens de voter. A Dalaba, les commerçants ressortissants ont loués des camions bennes pour transporter quelques militants mais ils n’ont pas pu transporter tous ceux qui pouvaient voter. Il y a eu beaucoup de cas comme
ça.» A dénoncé Dalein.

Poursuivant, le président des Forces Démocratiques de Guinée a laissé entendre que cette décision de la Cour de Justice de la CEDEAO, est une grande avancée avant d’ajouter:

« En Guinée, c’est encré dans notre culture, on ne fait pas confiance à la justice. Même à la justice internationale on hésite souvent mais aujourd’hui nous sommes encouragés à saisir les juridictions pour les violations des droits des citoyens. Félicitations à nos compatriotes du Sénégal qui ont osé et qui ont réussi effectivement à dénoncer ce problème. J’espère que cette décision fera jurisprudence dans notre espace CEDEAO.» Conclu l’homme politique.



Nagnouma Sanoh, pour Lerenifleur224.com