Quartier Cameroun : 8 mois après leur démolition, les bâtiments administratifs de l’Etat, toujours pas reconstruits

2 janvier 2023, 2 août 2023, cela fait juste huit (8) mois, que les bulldozers démolisseurs du CNRD appuyés par la Direction Générale du Patrimoine Bâti public sont entrés en action pour démolir des maisons où vivaient des centaines de familles de fonctionnaires et celles d’anciens travailleurs de l’Etat.

Une situation qui avait d’ailleurs obligé ces dernières à passer des nuits à la belle étoile, bien qu’elles avaient préalablement formulé en vain, des doléances auprès des autorités pour que celles-ci leur accorde un préavis de trois mois.

Interrogés ce mercredi 2 août, quelques citoyens du quartier Cameroun ont exprimé leur colère pour dénoncer ce qu’ils appellent, l’irresponsabilité de l’Etat. Selon eux, le CNRD et le patrimoine bâti public ont fait preuve de mauvaise foi.

« Nos voisins avec qui nous étions ici depuis plus de 50 à 60 ans avaient avant leur départ, tout fait à l’époque pour que le patrimoine Bâti leur accorde un préavis de trois mois. Mais ces gens-là ont catégoriquement refusé. Voilà qu’aujourd’hui, ça fait exactement huit (8) mois qu’ils ont démoli leurs maisons sans rien construire là-bas. C’est vraiment méchant ! Car ces endroits sont abandonnés actuellement et même devenus des lieux de lavage des véhicules et de consommation de drogue par certains jeunes du quartier. C’est vraiment dommage. Alors si cela continue comme ça, désormais d’autres refuseront de libérer leurs maisons. » déclare une mère de famille visiblement très remontée qui a requis l’anonymat.

Selon une source proche du patrimoine Bâti public, certains bâtiments de l’Etat ont fait objet de démolition sans que le CNRD n’ait obtenu préalablement un financement pour leur reconstruction.

Peut-on donc dire que c’est le cas de ceux du quartier Cameroun ?

La question reste posée.

A. Cissé, pour lerenifleur224.com