Évaluation à mi-parcours des ministères :   » C’est un devoir de faire un compte-rendu au peuple. » Dixit Mohamed Lamine Kaba

Depuis quelques jours maintenant, les Ministres accompagnés des cadres de leurs départements respectifs défilent à la Primature pour être évaluer sur les travaux qui les ont été assignés ainsi voir le niveau d’exécution ou le bilan de leurs départements. Ladite évaluation est faite par des anciens ministres et cadres dans d’autres départements ministériels.

Interrogé ce vendredi 28 juillet 2023 par notre rédaction, le président du parti FIDEL trouve cette approche salutaire. Il estime que cela va permettre de savoir le niveau d’exécution des travaux effectués par les différents Ministères

« Je crois que c’est une bonne démarche, dans la mesure où c’est un devoir de faire un compte-rendu au peuple. Ce qui se passe, qu’on l’appelle le chronogramme opérationnel ou feuille de route, ou bien un plan d’action, le plus important, il cherche à voir le niveau d’exécution des tâches qui les ont été assignés dans les différents départements ministériels, c’est l’évaluation des ministères face aux activités qui les ont été confiées en vue de les réaliser au cours de cette année, après on s’attendra de voir quel est le niveau d’exécution de chaque activité au niveau de ses différents ministères. Donc, c’est une évaluation à mi-chemin, il y’aura un rapport et cela va nous permettre de comprendre réellement ce qui se fait et à la fin de l’année, cette évaluation devrait être fait aussi pour savoir est ce que les départements sont à la hauteur des missions qui les ont été assignées, c’est en ce moment que nous pouvons faire notre propre appréciation.

À la fin de cette évaluation, il y’aura un rapport qui va leur permettre de savoir, quels sont les Ministères qui sont en avance ou en retard par rapport à l’exécution des de leurs tâches ? Le plus important c’est de se mettre à jour, et certains parmi eux, peut-être auront le courage de relever le défi auquel ils sont confrontés. » a indiqué Mohamed Lamine Kaba, président du parti FIDEL.

Ousmane Baldé, pour lerenifleur224.com