AG Association des Magistrats de Guinée : Une commission mise en place a 15 jours pour réexaminer les textes

Les magistrats de Guinée réunis au sein d’une association étaient en conclave pour statuer sur les textes qui régissent ladite association. Il était également question au cours de cette rencontre de débattre de l’avenir de la profession. C’était à la faveur d’une assemblée ordinaire tenue ce jeudi 27 juillet 2023 au tribunal Ad ’hoc de Dixinn situé dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry. Une commission qui examinera tous les textes a été mise en place au cours de cette assemblée.

Le bon fonctionnement des Cours et Tribunaux, les textes qui régissent la profession de magistrats, l’avenir de la justice guinéenne ou encore les valeurs du corps de la magistrature ont été entre autres les points débattus au cours de cette assemblée générale ordinaire de cette association. A l’issu de longue heures de débats houleux, plusieurs résolutions ont été prise a annoncé le président de cette association Mohamed Diawara

« Les questions relatives aux statuts et aux règlements intérieurs suivant la résolution prise à l’assemblée générale des magistrats ce jour, nous avons mis en place une commission de neuf (9) personnes qui va réexaminer les statuts et les règlements intérieurs. Et un délai de quinze (15) jours leur a été donné » a déclaré

Plusieurs magistrats avaient été suspendus par le garde des sceaux, ministre de la justice et des droits de l’Homme pour dit-il faute professionnelle ou pour corruption avérée ces derniers temps, cet aspect n’est pas passé sous silence au cours de cette assemblée souligne le président de l’association

« On a parlé entre magistrats et on s’est dit les quatre vérités. Ceux qui étaient suspendus, on a évoqué ces cas dans un climat de convivialité. On a estimé que sans le concours précieux de chaque magistrat, on ne peut pas emporter la réforme qui s’y est présentée. On a également estimé que l’association des magistrats de Guinée celle à laquelle je préside ne peut pas évoluer en vase-clos et il en va de même que le Ministère fait une synergie d’action y compris le Conseil Supérieur de la Magistrature » a indiqué Mohamed Diawara

Aux termes de cette assemblée importante, Mohamed Diawara reste convaincu d’une chose, que sans la justice, sans le concours précieux des magistrats, on ne peut changer un État.



Le Renifleur