Labé : les enseignants contractuels déterminés à jamais pour réclamer leur arriéré de salaire.

Comme prévu, les enseignants contractuels de la préfecture de Labé ont battu le pavé dans la journée de ce lundi 22 mai pour réclamer entre autres : le paiement de leur arriérés de salaire ainsi que leur intégration à la fonction publique.

Tôt ce lundi, les enseignants se sont fortement mobilisés pour se rendre devant la direction préfectorale de l’éducation et à la mairie. Partout où ils sont passés, on voyait sur leurs pancartes des slogans tels que « MORY CONDÉ ZERO » ou encore « SEULE LA LUTTE LIBÈRE ».

Dans la foulée, le coordonnateur régional des enseignants contractuels est revenu sur les raisons de cette autre manifestation

« Nous allons lutter jusqu’à la dernière énergie. Nous sommes tous d’accord que nous avons fait une année scolaire pleine sauf que nous sommes les parents pauvres de cette réussite. C’est pourquoi on envisage d’organiser des examens nationaux sans se soucier de nous. Les efforts que nous avons eu à fournir les neuf mois sans salaire sous la pluie, sous le soleil avec tout ce qu’on connaît. Pas plus tard ils ont affiché une liste hier pour la surveillance des examens nationaux en laissant les enseignants contractuels, c’est une stratégie qui ne marchera pas » a prévenu Alpha Mamadou Cellou Diallo avant d’ajouter

« Nous demandons non seulement nos salaires, mais aussi nos primes d’incitations, et notre engagement à la fonction publique » Exige-t-il des autorités de la transition.

De son côté, le chef section pédagogique à la direction préfectorale de l’éducation de Labé qui a pris la parole au nom du DPE a promis de remonter l’information à sa hiérarchie

« Je peux vous rassurer que, nous sommes avec vous, nous resterons avec vous. Pour ceux qui le savent, un dossier d’un contractuel n’a jamais passé 5 minutes devant nous sans qu’il ne soit là où il doit être, parce que nous sommes ensemble. La DPE est à votre disposition. Elle est et demeurera avec vous » a indiqué Amadou Mouctar Diallo aux enseignants contractuels massivement mobilisés.

Les jours prochains s’annoncent donc décisifs car selon les enseignants contractuels tant que leur plateforme revendicative ne sera pas prise en compte ils continueront la lutte. Ce bras de fer entre les enseignants contractuels et l’État guinéen perdure depuis plusieurs mois. Il reste à savoir si le gouvernement de son côté agira pour décrisper la situation.

Alpha Moussa depuis Labé pour Lerenifleur224.com