Libération de Foniké manguè et co-detenus : Seule une décision de justice peut libérer ou départager les deux parties. (Me Béa)


Les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) notamment Oumar Sylla »Foniké Manguè  » Ibrahima Diallo, Billo Bah et l’honorable Saïkou Yaya Barry ont obtenu leur libération sans conditions hier mercredi 10 avril 2023 tard dans la nuit.
Cette liberté est dénoncée par le pool d’avocats des désormais ex détenus qui dénonce la procédure et de surcroît, ils indiquent qu’ils n’ont jamais été associé à cette démarche et à exigé la tenue du procès pour complètement disculper leurs clients.


Le collectif des avocats chargé de la défense de messieurs Oumar Sylla, alias Foniké Manguè, Ibrahima Diallo, Billo Bah et honorable Saikou Yaya Barry vient d’apprendre à l’instant, la libération de nos clients sans conditions.
Le collectif prend acte de cette remise en liberté des personnes qui avaient été arbitrairement arrêtées, jetées et maintenues en prison au-delà du délai de détention préventive et en violation manifeste des règles de procédure. Le collectif a exigé la tenue d’un procès juste et équitable dans lequel les droits de nos clients seraient respectés pour que la justice et elle seule décide du destin du dossier, du sort du dossier. Parce que force doit rester à la loi.

Pendant que le collectif s’attendait à l’ouverture de ce procès, parce qu’ayant appris dès ce soir que le fond du dossier a été transmis au greffe du tribunal de première instance de Dixinn, mais nos clients ont été libérés.

Le collectif réaffirme son attachement aux principes et règles du droit qui gouvernent la procédure pénale dans le cadre d’un procès juste et équitable.

Pour le collectif, seule une décision de justice peut libérer ou départager les deux parties. Le collectif n’a jamais été associé à cette procédure à cette forme de libération. Le collectif le rejette avec la dernière énergie. Parce que n’étant pas conforme à la loi.

Pour le collectif, nos clients auraient été libérés à l’audience publique et à travers un débat contradictoire. Mais qu’à cela ne tienne, s’ils ont été libérés le collectif continuera à assurer leur défense conformément à la loi et aux principes du procès pénal.

Le collectif regrette que pendant 11 mois, des citoyens soient-elles privés de leurs libertés, sans procès. Le collectif regrette que tout le temps qu’a duré cette détention irrégulière, toutes les demandes régulièrement introduites devant les cours et tribunaux ont été systématiquement rejetées sans le moindre examen pour statuer sur leur pertinence.

Le collectif prend acte et en avisera le moment venu. Néanmoins, la liberté étant le principe et la détention l’exception, le collectif se réjouit quand même du fait qu’il ait été mis fin à une injustice d’un autre âge… », a déclaré l’avocat

Lerenifleur224.com