Kindia / Grogne des enseignants contractuels ‘’ si nous n’avons pas l’argent il n’y aura pas d’examen’’

Les enseignants contractuels communaux de la ville des agrumes ont manifesté ce mercredi 26 avril 2023 de la commune urbaine à la préfecture de Kindia. Ces manifestants réclament le paiement des primes d’incitation de plusieurs mois et leur intégration à la fonction publique. Ils menacent de boycotter les examens nationaux si rien n’est fait

C’est avec des pancartes en main où l’on pouvait lire « intégration à la fonction publique, à bas les cadres corrompus » que ces enseignants contractuels de la ville des agrumes ont démarré leur manifestation de la commune urbaine jusqu’à la préfecture de Kindia. Après 9 mois de travail acharné, ces contractuels dénoncent le non-paiement de leur salaire et réclament leur intégration à la fonction publique dans un délai raisonnable. Bah Lamine Tolno est le coordinateur régional des enseignants contractuels.

« Nous sommes là aujourd’hui ce matin pour réclamer nos droits. Quand nous avons crié la dernière fois on nous a payé juste un mois en attendant de maîtriser le fichier des enseignants contractuels, et depuis que nous avons reçu ce mois, rien n’a été payé. Alors nous les rappelons et nous serons là-dessus si nous n’avons pas l’argent il n’y aura pas d’examen. Ça c’est une évidence et nous sommes catégoriques. Pas de négociations pour ça. Dans nos contrats c’était qu’il y avait des primes d’incitations alors nous attendons ces primes-là aussi. En plus de cela, nous voulons notre intégration à la fonction publique » martèle-t-il

Poursuivant, ces manifestants ont fustigé l’indifférence des autorités locales face à ces nombreux manquements et difficultés auxquels ils sont confrontés.

« Nous ne comprenons pas les autorités locales de Kindia, ils sont muets par rapport à cette situation, personne ne communique. Nous sommes à présent à la frontière entre les morts et les vivants. S’ils nous abandonnent comme ça, ils vont enterrer les enseignants contractuels vivants. Certains parmi nous, étaient des directeurs et censeurs d’écoles privées. Nous avons abandonné tous les conforts pour venir enseigner ici dans l’espoir d’intégrer la fonction publique. Alors nous voulons que cela se concrétise » déclare Bah Lamine Tolno

Arrivés à la préfecture de Kindia, ces manifestants ont été reçus par le secrétaire général de ladite préfecture. Jean Béavogui n’a pas manqué de les rassurer quant à la réaction des autorités locales dans les heures qui suivent face à leur revendication.

« Monsieur le préfet est en mission maintenant. Nous partageons avec vous les mêmes peines donc nous allons remonter vos inquiétudes et les réactions ne vont pas se faire attendre. Donc nous vous prions de vous calmer, de rentrer tout tranquillement et nous allons réagir immédiatement » a invité ce responsable local

En dépit de leur désistement en attendant la réaction des autorités, ces enseignants ne soutiennent mordicus « pas de prime d’incitation, pas d’examens nationaux ».



Nagnouma Sanoh, pour Lerenifleur224.com