39 ans après sa disparition physique
Que retenir du Président Ahmed Sékou Touré

Le

26 mars 1984, à la surprise générale, le Premier Ministre, Dr
Lansana Béavogui, d’une voix brisée par le choc, annonce sur les
antennes de la Voix de la Révolution, le décès brutal du Responsable
Suprême de la Révolution, le Président Ahmed Sékou Touré dans une
Clinique de Cleveland aux États-Unis d’Amérique.
Le 30 mars de la même année, les Guinéens en présence de nombreux
grands dirigeants africains et mondiaux de l’époque, rendent
hommage et accompagnent à sa dernière demeure l’un des dirigeants
les plus prestigieux et influents de l’histoire contemporaine.
Le 03 avril 1984, l’armée Guinéenne, dans toutes ses composantes
regroupées dans un Comité Militaire de Redressement National
(CMRN), s’empare du pouvoir et provoque une grande effervescence
avec des scènes de liesse indescriptibles aux antipodes de la
mobilisation endeuillée observée quelques jours auparavant lors des
obsèques dignes d’un Grand Homme d’Etat.
39 ans après, que reste-t-il de l’image du premier Président Guinéen ?
Le 03 avril 1984, à la prise du pouvoir par l’armée Guinéenne, deux
éléments ont lourdement pesé en faveur de la grande popularité du CMRN,
tombeur du régime du PDG et affecté négativement l’image du feu
Président Ahmed Sekou Touré, décédé le 26 mars 1984 et qui venait de
bénéficier des obsèques dignes des grands Hommes du siècle : la
répression des complots réels ou supposés contre le Parti-Etat et
l’accusation d’enrichissement personnel portée contre le père de
l’indépendance Guinéenne, ses compagnons politiques et les membres de
sa Famille. Pour un Homme, qui a toujours voulu se donner l’image d’un
dirigeant totalement détaché de l’argent, du bien matériel, ce chef
d’accusation était particulièrement accablant, de quoi déconstruire toute
une œuvre. Bref, c’était la vraie mort politique du Président Ahmed Sékou
Touré après sa disparition physique.

Une écrasante majorité de Guinéens et de la communauté internationale
ont adhéré à ces accusations réitérées durant de nombreuses années par
les nouveaux Maîtres de Conakry et relayées à travers le monde lors des
sommets internationaux ou lors des visites officielles des dignitaires du
CMRN dans les pays étrangers. Durant de nombreuses années, le Guinéen
et l’étranger ont eu le sentiment que les déclarations patriotiques et même
panafricanistes du Président Ahmed Sékou Touré n’étaient que de simples
discours sans conviction, et que la vérité ou la réalité était que L’HOMME
du 28 Septembre 1958 a régné d’une main de fer, éliminé ses adversaires
réels ou inventés que pour se servir à satiété des ressources du pays,
enrichir sa famille et que lui-même possédait des Comptes bancaires et des
biens immobiliers dans de nombreux pays du monde.
Aujourd’hui, 39 ans après sa mort et bien avant, les Guinéens, qui ont le
sens de l’observation et du discernement, semblent avoir compris et ont
une toute autre lecture du Président Ahmed Sékou Touré. A ce jour en
effet, aucun élément, aucun indice – petit soit il- n’a permis de donner un
début de commencement de preuve, n’est venu étayer cette caricature des
militaires du 03 avril 1984 accusant le Président Ahmed Sékou Touré
d’enrichissement illicite. Tout au contraire, même quelques membres du
CMRN ont eu l’honnêteté de l’avouer plus tard, les nombreuses enquêtes
menées en Guinée et ailleurs, depuis les lendemains du 03 avril 1984, n’ont
laissé transparaître aucune trace d’enrichissement personnel ni du
Président Ahmed Sékou Touré ni de sa Famille. Il n’avait ni compte
bancaire ni bien immobilier à l’étranger. Des relations, oui et très solides.
Et les Guinéens, qui ont connu cette époque, se remémorent :
En 1967, et à commencer par lui-même, le Président Ahmed Sekou Toure
a exigé des hauts cadres de l’Etat Guinéen, la déclaration publique des
biens.
À titre personnel, il a déclaré un avoir de 367 millions de francs Guinéens
offerts par le Président Mao Zedong de Chine et ordonné le transfert du
montant dans les Comptes du Trésor Public.
D’autre part, à la faveur d’une tournée dans les années 70 dans les pays du
Golfe, une délégation Guinéenne conduite par le Premier ministre, Dr
Lansana Béavogui a récolté des millions de dollars mais reçu aussi des
mains du Roi d’Arabie Saoudite un don personnel sous forme de chèque
offert au Président Ahmed Sékou Touré.

Le jour du compte rendu public des retombées de cette mission de levée de
fonds au Palais du peuple retransmis en direct par la Radiodiffusion
Nationale, le Président Ahmed Sékou Touré a ordonné que les millions de
dollars collectés ainsi que ses 10 millions de dollars offerts par le Monarque
Saoudien soient intégralement versés dans les Comptes du Trésor Public.
Ils ont servi à la construction de nombreuses unités industrielles réalisées
en son temps et qui sont sans traces aujourd’hui.
De retour d’une mission en Arabie Saoudite, l’ancien éditorialiste de la Voix
de la Révolution, feu Oumar Diabaté est reçu au Palais présidentiel par le
Président Ahmed Sékou Touré auquel il présente 2 chèques émis aux 2
noms par le Commandeur des Lieux Saints. Séance tenante, le Président
Ahmed Sékou Touré fait venir le Gouverneur de la BCRG au Palais et lui
remets les 2 chèques.
Systématiquement, les montants que lui offraient les fortunés de l’époque,
étaient transférés à l’Etat Guinéen.
L’homme était totalement désintéressé de la jouissance personnelle du
Pouvoir.
Il n’a pas permis, non plus, à sa Famille de s’abriter derrière lui et se servir
des ressources du pays.
Les enfants du Président Ahmed Sékou Touré, comme ceux du Guinéen
ordinaire, n’ont fréquenté que les écoles Guinéennes parfois à l’intérieur du
pays du primaire à l’université, aucun d’entre eux n’a bénéficié d’une bourse
d’état pour l’étranger. Alors que de milliers de jeunes Guinéens issus de
familles modestes et inconnues ont bénéficié des formations dans des
illustres universités et écoles supérieures à travers les bourses que de
nombreux pays africains, asiatiques, européens ou américains offraient à la
Guinée, parfois directement au Président Ahmed Sékou Touré à titre
personnel.
Sur le plan de la Gouvernance, plus de 60 ans après l’accession du pays à
l’indépendance, le Président Ahmed Sékou Touré et son régime sont, pour
les Guinéens, les acteurs de la fondation de l’Etat Guinéen et artisans des
grandes infrastructures publiques existantes à ce jour : Palais du peuple,
palais des Nations, Cité des Nations, Stade du 28 Septembre en désuétude
et les stades régionaux aujourd’hui préfectoraux abandonnés, les Hôpitaux
nationaux et régionaux, l’université Gamal Abdel Nasser (l’unique digne de
ce nom à ce jour), les facultés dans chaque région ou préfecture du pays,
les unités industrielles. L’école obligatoire jusque dans les villages les plus
reculés. Si l’école était obligatoire, l’emploi était garanti à tous les diplômés
des établissements techniques et universitaires. Tous les services de l’Etat

présents partout dans le pays: Justice, Police, Gendarmerie, Travaux
Publics, PTT etc. La sécurité garantie partout sur le territoire national. La
moralisation de la vie publique, le caractère sacré des ressources et biens
publics n’étaient pas un slogan, le détournement d’un centime de fonds
publics était considéré comme un crime et sanctionné comme tel.
Autres temps, autres mœurs. Les entreprises et sociétés comme FRIGUIA,
CBG, OBK, la SOGUIFAB, ENTA, LA SOGUILUBE, L’USINE DE TEXTILE
DE SANOYAH, LA SCIERIE DE MACENTA, L’USINE DE THE DE
MACENTA, LA C0NSERVERIE DE MAMOU, L’USINE DE JUS DE FRUIT
DE MAFERINYA, L’USINE DE THÉ DE MACENTA, LA SUCRERIE DE
KOBA, LA COMPAGNIE AÉRIENNE AIR GUINÉE, L’HUILERIE DE
DABOLA ET KASSA et bien d’autres étaient aussi la preuve éloquente de
l’attachement et de l’intérêt du Responsable Suprême pour l’économie et le
bien être des populations du pays au service duquel il a dédié sa vie. Tout
a été malheureusement bradé. Aucune trace aujourd’hui de ces unités
industrielles victimes du bradage, du pillage, du cannibalisme, de la course
à l’enrichissement personnel sur le dos du pays engagé par des vereux
cadres et prédateurs dits hommes d’affaires qui ont bénéficié de la
confiance des tombeurs du régime du PDG.
Le ridicule ne tue pas, ce sont bien les accusateurs du Président Ahmed
Sékou Toure qui se sont rués sur le peu de biens et patrimoines publics
acquis sous son régime, à travers des systèmes de magouilles qui méritent
d’être élucidés un jour, afin de remettre à l’endroit ce qui a été mis à l’étroit.
Et pourtant avec la nouvelle option libérale du CMRN, ces unités
industrielles pouvaient être sauvées. Surtout que celles de l’intérieur du
pays avaient aussi l’avantage de maintenir les jeunes dans leur localité.
C’est bien le Président Ahmed Sékou Touré qui a créé l’Armée, la
Gendarmerie, la Police Guinéennes.
Avec une véritable politique sportive, les compétitions sportives et
culturelles (inter-quartiers, inter-sections, inter-régions ou inter écoles)
étaient régulièrement organisées et sur toute l’étendue du territoire national.
Sur la scène internationale, la stature et la posture du Président Ahmed
Sékou Touré ont imposé le rayonnement et le respect de la Guinée dans le
monde. Le président de l’assemblée Nationale du Sénégal, Moustapha
Niasse que j’ai eu l’occasion d’interviewé longuement à Lomé et Dakar, en
2005, remerciait le Président Ahmed Sékou Touré de lui avoir permis de
prier sur la tombe de Notre Prophète Mahomet ( Paix et Salut Sur Lui) à la
Mecque. Habib Chatty, ancien Secrétaire Général de la Ligue Islamique a
témoigné dans une parution de JA sur « l’absolu respect » et la grande

influence dont avait le Président Ahmed Sékou Touré au sein de la UMMA
Islamique et des pays arabes.
Selon cet hebdomadaire Africain, rangé dans le camp de ses farouches et
irréductibles adversaires, le Président Ahmed Sékou Touré, peu avant sa
mort et en moins d’un an, a obtenu des pays Arabes ce que tous les pays
réunis d’Afrique de l’ouest n’ont pas eu pendant 10 ans. Où sont passés
ces fonds ?
.
Malheureusement, et sur le plan local et sur la scène internationale, aucun
de ses successeurs, n’a encore pu faire mieux pour la grandeur
internationale de la Guinée. C’est du moins le constat des Guinéens qui
observent ou subissent l’évolution de leur pays. En résumé, le Président
Ahmed Sekou Touré, pour les Guinéens qui l’ont connu, était un Homme
intégré dans la vie de son pays qu’il parcourait à longueur d’année
infiniment beaucoup plus que tous ses successeurs.
L’élection de sa fille feue Mme Aminata Touré à la Mairie de Kaloum résulte
aussi de l’image que les populations de cette Commune retiennent
finalement du Président Ahmed Sékou Touré qui a été lui-même Maire de
la presqu’île dans les années 50.
En ce qui concerne la cruciale problématique des droits humains, de celles
et ceux qui ont malheureusement perdu la vie durant les 26 ans de la
première République, le regret, et il est profond, est que les militaires du
CMRN qui ont renversé le régime du Président Ahmed Sékou Touré n’ont
jamais initié les enquêtes sur les arrestations, emprisonnements et tueries
enregistrés durant le règne qu’ils ont incriminé eux-mêmes dans la
déclaration de prise du pouvoir et qu’ils n’ont cessé d’indexer.
Pas plus que les régimes suivants n’ont voulu ou pu engager le débat sur
cette épineuse situation afin de situer les responsabilités et assurer à ces
différentes personnalités une sépulture dont elles ont été privées par la
première République. Cependant, et même si le temps a prouvé que le
Président Ahmed Sékou Touré ne s’est jamais enrichi sur la tête d’un de
ses anciens compagnons disparus sous son règne, il aurait été infiniment
mieux que le Responsable Suprême adopte une posture de tolérance
envers ceux qui ont été accusés, à tors ou à raison, de complot ou de
trahison, d’autant que la vie humaine a un caractère sacré.

Vrai ou faux, les complots ne pourront jamais justifier les répressions
meurtrières. Je rejoins à ce niveau, mes frères et amis notamment mon
professeur Almamy Oumar Traore ou Aboubacar Fofana qui n’ont pas mon
jugement sur le premier Président Guinéen, à juste titre probablement.
Mais, ce point, que ses successeurs ont lentement et inexorablement laissé
enfouir avec la mort de presque tous les acteurs et témoins des faits,
constitue la tâche sur le bilan d’un Président qui a profondément aimé la
Guinée et défendu de toutes ses forces ses intérêts, un leader Africain qui,
mieux que quiconque, s’est affirmé dans la lutte pour la libération totale,
l’unité et l’émancipation du Continent. Il a fait de son pays, la Guinée, la
base des mouvements de libération des pays non seulement africains mais
des autres continents sous domination coloniale.
Et comme reconnaissait l’un de ses plus ardents adversaires-critiques, le
premier Président Sénégalais, feu Léopold Sedar Senghor, « le Président
Ahmed Sékou Touré a été un patriote Guinéen et Africain ».
En ce 26 mars 2023, coïncidant au 4ème Jour du mois Sacré de
Ramadan, VEUILLE ALLAH, NOTRE CRÉATEUR, accepter les Prières et
Douas pour le repos éternel dans son Paradis du Président Ahmed Sékou
Touré, ses compagnons de l’indépendance, ses collaborateurs, les
disparus sous son régime et tous nos proches défunts. Amen


Abdoulaye Condé, journaliste analyste