Entreprenariat : Les acteurs réunis afin d’aller vers la formalisation du secteur informel.

Le ministère du commerce, de l’industrie et de petites et moyennes entreprises sensibilise les chefs d’entreprises à se normaliser à travers les documents juridiques. Cette action a fait l’objet d’un cadre d’échange ce vendredi 10 mars 2023 à Conakry entre le département de tutelle et les acteurs concernés.

Il s’agit d’amener les acteurs du secteur informel à souscrire à toutes les normes régies pour la création d’une entreprise. Un aspect fondamental pour la crédibilité des entreprises guinéennes. L’initiative vise à réduire les pertes que subit l’État, mais aussi à encourager l’employabilité.

 » Il est important une chose, c’est que nous sommes dans un pays ou le poids de l’économie informelle pèse plus de 70% ou je dirai même 90% selon les études. Et quelque part, c’est aussi une perte de recette pour l’Etat. Nous sommes dans un pays qui a besoin de ressources pour financer tout ce qui est éducation, infrastructures. Il est important donc de canaliser toute ces énergies, formaliser les entreprises du secteur informel est un défis, puisque culturellement, nous sommes habitués à voir des crains par rapport à la formalisation alors qu’on contraire, la formalisation donne un statut juridique, elle vous protège en tant qu’entreprise(…) pour le département que je représente ici, c’est un défis important aussi bien pour le département mais aussi pour le gouvernement tout entier. Donc, les défis majeurs sont à relever et pour nous, il faut le faire d’autant plus que nous entrons dans une zone de libre-échange continentale aujourd’hui avec la ZLECA. Donc, c’est important d’avoir des champions qui sont reconnus » souligne Mohamed Bakayoko, secrétaire général du ministère du commerce, de l’industrie et des petites et moyennes entreprises.



Payer ses impôts, ses taxes et sensibiliser ses membres à adhérer à l’initiative, la chambre de commerce, de l’industrie et d’artisanat a un double rôle à jouer selon son président. Mamadou Baldé invite ses collègues à accompagner l’Etat pour la formalisation de leurs entreprises.

 » Il faut noter que la formalisation des acteurs économiques est un aspect fondamental. Il faudrait nécessairement que tous les acteurs économiques que tous les opérateurs comprennent qu’en se formalisant, cela valorise leur domaine d’activités. Cela leur donne l’accès au financement national et international, ça les crédibilisant auprès de l’Etat ainsi qu’auprès des institutions internationale » lance-t-il et d’ajouter



 » Donc, la formalisation permet à l’entrepreneur de pouvoir mieux gérer son activité tout en s’acquittant des impôts et toutes les procédures de taxe liées à une formalisation. Et c’est cela qui permettrait de comprendre que si on dit qu’en Guinée qu’il y a un nombre d’entreprises guinéennes formalisées. Donc, même nous au niveau de la chambre de commerce, régulièrement, nous sommes invités à l’international pour organiser des forums économiques auxquels ils nous ont demandé de partir avec les opérateurs guinéens. Alors, tout opérateur guinéen qui ne se formalise pas avec toutes les sociétés dans les normes, aura des difficultés à l’introduire à l’échelle nationale et internationale. Donc, ce lancement de cette activité de formalisation a une importance capitale pour l’ensemble de tout le secteur privé guinéen et ainsi que tous les opérateurs économiques guinéens »

La rencontre a aussi consisté à définir les bases organisationnelles de l’écosystème entrepreneurial. Aussi, la validation d’une feuille de route commune à tous les acteurs pour se conformer aux nouvelles dispositions. La formalisation est un défi. Mais pour le l’instant, l’Etat n’est pas dans une position de répression. Selon le secrétaire général du ministère du commerce, il s’agit d’une démarche méthodologique pour amener les entreprises vers la normalisation.




Rama Fils, pour Lerenifleur224.com