Justice : Le ministre de l’Emploi et de la Fonction Publique lance les preuves du concours de recrutement de 100 élèves greffiers à Conakry.

Après le concours des 100 auditeurs de justice la semaine dernière, le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme a lancé ce samedi dans la commune de Ratoma le concours national pour le recrutement de 100 élèves greffiers. L’objectif est de résoudre des problèmes d’effectifs au sein de l’appareil judiciaire qui est vieillissant depuis plusieurs années. Pendant deux jours, plusieurs candidats venus de tout le pays se soumettent aux épreuves. Et c’est le ministre de l’Emploi et de la Fonction Publique qui a procédé au lancement de la première épreuve assistée de la secrétaire générale du département de la justice.

L’école Primaire et le collège Kipé ont servi de cadre au lancement de la première preuve de ce concours destiné aux élèves greffiers. Au total, ce sont 1791 candidats qui compétissent pour 100 places disponibles. L’un des objectifs de ce concours selon le Directeur général du Centre de Formation Judiciaire est de rajeunir le personnel judiciaire.

« L’objectif est double, premièrement, il s’agit de résoudre un problème d’effectif au sein de l’appareil judiciaire deuxièmement, il s’agit de rajeunir le personnel veillant auquel qui est là qu’il faut apporter au sang neuf » annonce Alhassane Naby Camara

Lançant cette première épreuve, le ministre de l’emploi et de la fonction publique a justifié l’organisation d’un tel concours au sein de l’administration publique

 » Vous savez, ces dernières années, le pays tout entier et dans tous les services, notre administration était fortement vieillissante la preuve est qu’il y a eu beaucoup de départs à la retraite ces deux dernières années. Et les gens croient qu’on envoie les gens à la retraite par fantaisie, non ! Ce n’est pas de la faute du CNRD, ni des autorités actuelles que des milliers de gens ont été envoyés à la retraite parce que, on les a gardé dans l’administration et on n’a pas pensé au renouvellement des ressources humaines » a fait savoir Julien Yombouno et d’ajouter que le capitale humaine est extrêmement important dans ce sens

 » Je pense que ce sont les efforts-là que le Ministère de la Justice est en train de déployer aujourd’hui pour résorber la crise en quelque sorte c’est-à-dire, essayer de recruter du sang neuf » à soutien le ministre de l’Emploi et de la Fonction Publique

C’est par la culture générale qu’ont entamé les candidats les épreuves. Adama Diaby, diplômée en Droit à l’université générale Lansana Conté de Sonfonia se dit confiante en abordant le sujet

 » ce sujet ou il est mentionné de citer les institution de l’Ohada (Organisation en Afrique pour l’Harmonisation du Droit des Affaires ndlr) je compte l’aborder en les citant et en deux plans comme en dissertation juridique. De tel sujet, il faut toujours passer par la dissertation juridique (…) dans ce cas, moi j’ai 90% de chance parce que j’ai représenté la Guinée au Cameroun au droit Ohada en 2022″ espère cette candidate

Représentant le ministre de la justice Alphonse Charles Wright a ce lancement, Marie Irène Hadji Malis a exhortée les candidats à l’intégrité, l’éthique et la déontologie du métier.

 » Vous voulez vous engager dans ce concours dans un métier d’une extrême délicatesse. Il comporte des exigences et des contraintes dont les plus importantes sont la diligence et la discrétion. Son apprentissage vous formera au métier du droit et à celui du service public. Donc, il requiert de vous, la disponibilité, l’esprit de responsabilité et du travail en équipe » a-t-elle confié.

M2K, pour Lerenifleur224.com