Mandiana : La construction d’une prison civile est la principale préoccupation des sages à l’endroit du ministre de la justice.

A Mandiana ce samedi 28 janvier, dixième étape de la tournée de prise de contact avec la population guinéenne sur toute l’étendue du territoire sur le bien-fondé de la justice en cette période transitoire, c’est les sages de cette préfecture de la savane qui ont accueillis le ministre de la justice et des Droits de l’Homme chez le Sotikèmo (Sage) de la ville El hadj Toumany Diallo

Devant Alphonse Charles Wright, des nombreuses difficultés que rencontre les habitants de cette ville ont été décrits au garde des sceaux. Mais étant une zone minière ou les conflits sont récurrents, les sages ont sollicité auprès du ministre, la construction d’une prison civile afin de dissuader les potentiels candidats aux troubles à l’ordre public.



A en croire le porte-parole de la notabilité, si un responsable de l’Etat vienne chez toi pour te demander de quoi tu souffres, si tu ne lui dis pas ton mal, c’est que tu ne souffres de rien alors « Tous les problèmes que nous avons ici à Mandiana, c’est nous-mêmes qui les créerons car toutes les plaintes liées aux problèmes domaniaux, c’est nous qui les créeront et nous ne parvenons pas à les résoudre c’est pourquoi nous partons vers la justice si non, la justice quant à elle, ne nous fait pas de tort. Ici à Mandiana, ce que nous sollicitons plus que tout, c’est le problème d’une prison civile » A-t-il sollicité et de révéler en ces termes

« Et s’il n’y a pas de prison dans une localité, ceux qui se battent ou qui font des troubles dans la ville ne vont jamais cesser les activités. Cela fait que même si on prend un individu(Malfrat) en conflit avec la loi ici et qu’on l’amène à Kankan pour l’incarcérer, là-bas, qu’il meurt ou qu’il soit relâché, personne ne pourra être édifier parce que tout simplement, chez nous ici à Mandiana, on a pas de prison. Donc tout se passe à Kankan, nous on est au courant de rien. Si c’est vous qui êtes aujourd’hui le responsable de toutes les prisons civiles en Guinée, les sages sollicitent auprès de vous, que Mandiana ait sa prison civile. Nous sommes responsables de nos problèmes à Mandiana mais tout ça, c’est par manque de prison civile. Nous sommes responsables de notre problème ici à Mandiana parce qu’on n’a pas notre prison civile. Vous (Ministre de la Justice, ndlr) vous ne quittez ici, on veut que vous aidiez la justice à avoir un moyen de déplacement. Celui qui est en conflit avec loi, qu’on le prenne dans ce véhicule pour la prison ‘’, a déclaré ce porte-parole



Pour sa part, le ministre de la justice et des Droits de l’Homme a promi de remonter le problème à qui de droit, mis a tenu a signifié que Mandiana a toujours été utilisé pour des fins politiques et en retour, cette ville ne s’est retrouver avec rien dans le cadre du développement local.

Le Renifleur, depuis Mandiana