Prison civile de Faranah : Les régisseurs qui sont là ne sont même pas formés, déplore Charles Wright

En visite dans l’après-midi de ce mercredi 18 janvier 2023 à la prison civile de la ville de Faranah, Alphonse Charles Wright et sa délégation ont été surpris de constater que les agents censés veiller au bon déroulement de cette maison carcérale se livrent à des pratiques qui n’honorent pas l’administration pénitentiaire.

Le régisseur de cette prison, soutirerait de l’argent à la famille des détenus pour des visites, chose qui est pourtant autorisée par la loi pour toute détenu ce quel que soit le crime qu’il aurait commis. En plus de cet acte, les registres et certains documents administratifs n’ont pas été retrouvés, d’autres n’ont jamais existés dans cette prison conformément à la loi. Des actes qui ont provoqués l’ire du ministre de la justice et des Droits de l’Homme

« Je suis révolté, sidéré. Depuis 1958 personne n’a pensé à la réglementation des établissements pénitentiaires nonobstant l’existence d’un décret, qui détermine l’organisation et le fonctionnement, les régisseurs qui sont là ne sont même pas formés. Il n’y a pas de dossier individuel pour chaque détenu. Comme je l’ai dit, ça, ça va être corrigé et si ce n’est pas fait d’ici demain, le régisseur sera poursuivi pour détention arbitraire. Les citoyens qui sont là ne sont pas des oubliés de la République. Ils sont en conflit avec la loi mais il est important que leurs droits soient respectés. Je ne viens pas ici pour dénoncer seulement mais il faut corriger » Déclare t-il

Alphonse Charles Wright a promis de ne pas quitter cette ville tant que les manquements constatés dans cette prison, ne soient corrigés, dans l’intérêt du respect des droits des détenus.

Le Renifleur