Éventuel glissement du chronogramme de la transition : Ibrahima Diallo prévient : « Nous nous opposerons fermement à toute idée de glissement de la transition… »

C’est au cours d’un point de presse animé ce mardi 21 Mai 2024 à la maison de la presse, que Le Front National pour La Défense de la Constitution à travers son responsable des opérations, s’est prononcé sur les enjeux et perspectives pour le respect du chronogramme de la transition Guinéenne.

Après avoir décrit le contexte sociopolitique dans lequel le pays se trouve depuis l’arrivée de la junte au pouvoir, l’activiste dans sa communication a condamné la dernière sortie du chef du gouvernement Bah Oury sur TV5 Monde.

« Le FNDC condamne fermement ces déclarations conflictogènes de Monsieur Bah Oury qui frise l’arrogance et du mépris vis-à-vis du peuple de Guinée et de ses forces vives de la nation. Bah Oury s’inscrit malheureusement dans la continuité des facteurs qui ont grippé cette transition : l’unilatéralisme dans les prises de décision, le mépris et l’arrogance dans le discours des autorités, le rejet et l’exclusion des acteurs sociopolitiques importants pour la vie de la nation, et pour la réussite de cette transition », déclare Ibrahima Diallo.

Sur la même lancée, ce membre influent du FNDC estime que Bah Oury à la suite de sa nomination devrait se retrouver à table avec les acteurs socio-politiques pour négocier le bon déroulement de la transition.

« Le bon sens aurait voulu qu’après sa nomination, le Premier ministre prenne contact avec les acteurs socio-politiques pour impulser la dynamique d’un dialogue constructif afin d’évaluer de façon objective le processus et convenir, ensemble des solutions pour apaiser la transition. A son âge et avec son parcours, Bah Oury devrait consacrer son séjour à la primature pour rechercher, dans la mesure du possible, des solutions pour contribuer à apaiser la transition dans l’intérêt général, plutôt que de privilégier ses propres intérêts et sa longévité à la primature au détriment de la paix et de la stabilité du pays. Il a le choix entre trouver sa place du bon côté de l’histoire ou graver son nom dans les pages sombres de l’histoire de cette transition », a-t-il ajouté.

Et de poursuivre, le FNDC à travers Ibrahima Diallo déclare : « Nous nous opposerons fermement à toute idée de glissement de la transition par tous les moyens légaux, y compris les manifestations dans les rues et sur les places publiques sur toute l’étendue du territoire national. Des partis politiques, de la société civile, des syndicats et de la presse pour une synergie d’action afin de faire barrage à cette volonté », a-t-il conclu.

Pour faire face à cette éventualité de glissement annoncée et dans la perspective de la reprise des manifestations, le FNDC annonce des consultations à l’endroit défini. Il évoque la possibilité d’un référendum constitutionnel à la fin de l’année en lieu et place des élections pour le retour à l’ordre constitutionnel.

 

Bountou Sylla, pour lerenifleur224.com