Condamnation de Sékou Jamal PENDESSA : Le Président de la République doit faire preuve de grandeur en accordant une grâce au camarade Sékou Jamal Pendessa (Par Mamadou Rafiou DIALLO)

Le vendredi 23 février 2024, le secrétaire Général du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée a été condamné devant le tribunal correctionnel de Dixinn à six (6) mois de prison, dont trois (3) mois assortis de sursis. Une décision qui a surpris plusieurs personnes.

L’un des points essentiels de revendications des syndicats qui projettent une grève générale et illimitée à partir de demain lundi 26 février 2024 sur toute l’étendue du territoire nationale, était la libération du camarade syndicaliste Sékou Jamal PENDESSA.

Beaucoup d’observateurs s’attendaient à sa libération pour décrisper la tension chez les camarades syndicalistes. Mais Hélas, la justice en a décidé autrement.

Cette décision reste différemment appréciée et soulève de nombreuses questions sur la liberté de la presse dans le pays.

Nous compatissons à la douleur des camarades syndicalistes des professionnels de la presse de Guinée en général, et du camarade Sékou Jamal PENDESSA en particulier. La tenue de la grève annoncée reste maintenue.

Par expériences, les mouvements de grèves de cette envergure en Guinée sont généralement lourdes de conséquences.

Son excellence, monsieur le président de la transition, Général Mamadi DOUMBOUYA, lors de son serment d’installation devant les membres de la Cour Suprême, le 01er octobre 2021, a juré de remplir ses fonctions dans l’intérêt supérieur de la Nation, et, s’est engagé à collaborer avec tous les organes de la transition pour la préservation de la cohésion sociale.

L’intérêt supérieur de la nation réside dans le maintien de la paix et de la cohésion sociale, préalables à l’émergence et à tout développement.

Parmi les valeurs et principes qui doivent guider la transition, que s’est fixé le CNRD, à sa tête le Général Mamadi DOUMBOYA, nous avons en bonne place, pour ne citer que ces deux points :

Le pardon et la réconciliation Nationale,

La tolérance et le dialogue.

Pour la décrispation de la situation qui prévaut actuellement, le Président de la République doit faire preuve de grandeur en accordant une grâce au camarade Sékou Jamal PENDESSA, en usant des droits que lui confère les dispositions des articles 43 de la charte de la transition et 1192 du code de procédure pénale en vigueur en République de Guinée.

Le droit de grâce est exercé par le chef de l’Etat et n’est susceptible d’aucun recours.

Ce n’est pas une première, le président avait pris de telles bonnes décisions dans le passé ; au lendemain même de la prise de pouvoir le 05 septembre 2021.

Le Général Mamadi DOUMBOUYA, un homme d’un grand sens d’écoute et respectueux des valeurs, je suggère l’implication des religieux pour la décrispation de la situation pour éviter le chaos.

 

M.Mamadou Rafiou DIALLO

Economiste Financier, Consultant indépendant.