Au Sénégal, les députés se penchent sur le report de la présidentielle dans un climat tendu

Débat incandescent à venir au Parlement. Au lendemain d’une manifestation violemment dispersée à Dakar, les députés sénégalais examinent, lundi 5 février, dans un climat explosif, une proposition de loi controversée sur le report de l’élection présidentielle annoncé par le chef de l’État, Macky Sall.

Le débat s’annonce houleux sur ce texte, qui reporterait le scrutin de six mois maximum et dont l’approbation, qui nécessite une majorité des trois cinquièmes des 165 députés, n’est pas acquise. Le vote est prévu en fin de matinée.

Macky Sall avait annoncé samedi, quelques heures avant l’ouverture de la campagne électorale, avoir signé un décret ajournant la présidentielle qui devait avoir lieu le 25 février. C’est la première fois depuis 1963 qu’une présidentielle au suffrage universel direct est reportée au Sénégal, un pays qui n’a jamais connu de coup d’État, une rareté sur le continent.

L’annonce de Macky Sall a soulevé un tollé et fait craindre un accès de fièvre dans un pays réputé être un îlot de stabilité en Afrique de l’Ouest, mais qui a traversé différents épisodes de troubles meurtriers depuis 2021.

Le président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, a appelé les Sénégalais à régler leur « différend politique par la concertation, l’entente et le dialogue », après les tensions et violences provoquées par le report de l’élection présidentielle.

Exprimant sa « préoccupation » sur ce report, il demande aux autorités d' »organiser dans les meilleurs délais les élections, dans la transparence, la paix et la concorde nationale », dans un communiqué publié lundi matin sur X.

Source: france24