Présidentielle en RD Congo : la police empêche une manifestation interdite

Un important dispositif policier a été déployé, mercredi à Kinshasa, dans le quartier du palais du Peuple pour empêcher une manifestation interdite de l’opposition, selon les journalistes de France 24. Des jets de pierre ont été échangés entre policiers et manifestants, et les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et grenades dispersantes.

Un important dispositif policier a empêché, mercredi 27 décembre, à Kinshasa la tenue d’une manifestation de l’opposition contre le processus électoral, qui avait été interdite par les autorités.

Plusieurs opposants candidats à la présidentielle en République démocratique du Congo des 20 et 21 décembre, ainsi que des organisations de la société civile, avaient appelé à une marche contre ce qu’ils qualifient de « simulacre d’élections », dont ils demandent l’annulation.

Alors que des policiers anti-émeutes étaient positionnés dans le quartier du palais du Peuple, situé près du grand stade des Martyrs, la situation a rapidement dégénéré, ont constaté les journalistes de France 24 à Kinshasa. La police a encerclé le siège de campagne de Martin Fayulu, l’un des principaux adversaires du président sortant, où les manifestants devaient se rassembler dans la matinée.

« C’est assez localisé, ça se passe autour du QG de Martin Fayulu. Le calme est globalement revenu. La police a usé de gaz lacrymogènes pour disperser les jeunes. Il y a eu quelques arrestations et quelques blessés. Mais pour le reste de la capitale, la situation est normale », rapportent les équipes de France 24 sur place.

 

Source : France24