Digitalisation des documents administratifs : le casier judiciaire en Guinée, ça sera comme avoir un passeport (Boubacar Baldé)

Dans le besoin de digitaliser les documents administratifs dans une base de données fiable et crédible, le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme à travers la Direction Générale du Casier Judiciaire a lancé le mois d’octobre dernier le projet de digitalisation. La première phase de digitalisation était axée sur la collecte des données.

Dans une interview réalisé courant la semaine, le Directeur Général de cette Direction est revenu sur la nécessité de cette opération

« Dans le but d’automatiser la délivrance du bulletin du casier judiciaire, conformément au plan d’action opérationnel 2023 de la direction générale du casier judiciaire central à collecter les données sur les trois années 2021, 2022 et 2023. Au total il y’a eu collecte de 371 fiches, 136 criminels et 235 correctionnelle. » a souligné Boubacar Baldé, Directeur Général par intérim du casier judiciaire central au Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme

Selon ce cadre du MJDH, le projet à plusieurs avantages dont entre autres, la modernisation et sécurisation des documents et en même temps, connaître le statut de chaque citoyen vis-à-vis de la justice guinéenne

« Si les choses se passent comme elles se doit, pour avoir le casier judiciaire en Guinée, ça sera comme avoir un passeport, vous ne verrez plus l’argent, il sera versé dans un compte et c’est les reçus qui seront proposés au niveau des tribunaux même ici à la direction générale, dans les juridictions, personnes ne partira avec l’argent. Deuxièmement, cela diminue les dépenses et les déplacements. Quelqu’un qui est né à Kankan, au lieu d’aller jusqu’à Kankan pour faire un casier judiciaire, quand tu as reçu le reçu, tu viens à partir de la Direction Générale ici, c’est facile d’avoir un casier sans se déplacer. Donc ça nous permet de digitaliser tout ceci. Les bulletins que nous avons, ça va être avec des codes QR. Le président de la transition, le premier ministre et le ministre de la justice, ils ont tout mis en œuvre pour que ce processus-là fonctionne comme ça se doit. » a conclu.

Le Renifleur et Ousmane Baldé, pour lerenifleur224.com