Au-delà des polémiques: La réplique de François Phopho Kamano à Bella Kamano

La récente sortie médiatique de Bella Kamano, où il s’oppose catégoriquement à l’émergence d’une deuxième coordination kissi en Guinée, mérite qu’on s’y attarde. Non pas parce qu’il a tort de protéger l’unité et la paix, mais parce qu’il semble perdre de vue le véritable enjeu : la représentativité et le progrès de la communauté kissi.
Il est facile de brandir le spectre du danger et du chaos pour s’opposer à toute forme de changement. Cependant, la vraie question est de savoir pourquoi tant de membres de notre communauté ressentent le besoin de créer une nouvelle coordination. Est-ce le fruit d’une lubie politique ou le cri d’une partie de la population se sentant sous-représentée ?
M. Kamano affirme que certains politiciens cherchent à remplacer la coordination actuelle, mais ce qu’il omet de mentionner, c’est que cette coordination actuelle, à l’image de certains anciens cadres, semble plus préoccupée par les privilèges du pouvoir que par le bien-être et l’avenir de la jeunesse kissi.
Accuser sans preuve les leaders politiques de vouloir « traîner la communauté dans la boue » est non seulement inutile mais contre-productif. Au lieu d’élever le débat, une telle rhétorique ne fait que l’enfoncer dans les tréfonds de la division et de l‘immaturité politique.
Il est grand temps que M. Kamano et ses semblables reconnaissent que le monde change, que la Guinée change, et que la communauté kissi mérite des leaders capables de s’adapter à ces changements. Au lieu de s’opposer aveuglément à une nouvelle coordination, ils devraient se demander pourquoi elle semble nécessaire à tant de personnes.
Au final, la paix et l’unité sont essentielles, mais elles ne doivent pas être maintenues à tout prix, surtout si ce prix est l’aliénation et la marginalisation d’une partie de notre communauté.
La Guinée mérite mieux. La communauté kissi mérite mieux. Espérons que Bella Kamano et d’autres avec des points de vue similaires sauront reconnaître cette réalité et travailleront pour une véritable unité et représentativité, plutôt que pour la conservation d’un statu quo qui ne sert que quelques-uns.


François Phopho KAMANO
Fils du terroir