Charles Wright sur le cas Djani Alfa : il veut l’obtention du droit d’asile, il veut utiliser aujourd’hui la transition comme une monnaie d’échange

Le garde des sceaux, ministre de la justice et des Droits de l’Homme s’est prononcé ce lundi 03 juillet 2023 sur le cas de l’artiste Djani Alfa par ailleurs activiste de la société civile et membre du FNDC en exile en France.

Pour Alphonse Charles Wright, aucune procédure judiciaire n’est faite par les autorités judiciaires guinéennes contre le concepteur du titre ‘’Amkoulem’’ en France. Il estime que l’exile dont prêtant Djani Alfa est à d’autres fins que l’artiste lui-même cache

« Je ne suis pas un ministre qui viole la loi. Je ne veux pas que cette étiquette dure longtemps. Parce que quand on est en faible d’argument. On nous accuse d’avoir créé une procédure judiciaire contre le nommé Djani Alfa en France. Quelle procédure peut-on initier en France contre un citoyen guinéen ? toutes les procédures contre lesquelles ils ont été cités, c’est des procédures qui sont frappées d’appel qui sont pendants, qui ne sont même pas finies. Mais quand quelqu’un veut le droit d’asile aujourd’hui en France, il veut l’obtention du droit d’asile, il veut utiliser aujourd’hui la transition comme une monnaie d’échange. Parce que quand tu dis je suis poursuivi par la justice cela te donne le droit d’avoir une demande d’asile. On met le nom de quelqu’un dans la situation qui n’avait rien à avoir avec la procédure à l’époque et ce monsieur est du côté de la France. C’est une façon d’aller brandir la situation pour demander, la protection. Il faut qu’on évite ça pour notre pays » Conseil le ministre de la justice

Charles Wright a plus loin déploré ces différents cas qui pour lui constituent une mauvaise publicité pour notre pays a l’étranger. Pour lui, force doit rester à la loi en toute circonstance.

Rama Fils, pour lerenifleur224.com