1er Mai 2023 / le cas des contractuels évoqué : On les prend en tant qu’enseignants volontaires, ils n’ont même pas le titre de contractuels » déplore Kadiatou Bah

La 137ème journée internationale du travail célébré ce 1er mai au dans l’enceinte du stade du 28 septembre sous la présidence du Premier Dr Bernard Goumou a été aussi mis à profit par la chargée des négociations et revendications de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée pour évoquer la situation précaire que traverse les enseignants contractuels qui ne cessent de manifester dans le pays pour les arriérés de salaire et leur intégration à la fonction publique.

Kadiatou Bah a déploré le non-respect des clauses du protocole d’accord signé le 7 avril 2022 qui indiquait clairement l’intégration de ces enseignants contractuels à la fonction publique

« Vous n’êtes pas sans savoir que parmi eux il y a 10 à 11 milles qui ont sauvé le système éducatif quand les grèves étaient-là à tout moment entre 2017 et 2018. Mais tous les ministres qui sont passés avant le CNRD, nous n’avons pas de solutions pour régler le problème de ces jeunes. On les prend en tant qu’enseignants volontaires, ils n’ont même pas le titre de contractuels » déplore-t-elle

« Nous rencontrons encore des difficultés, d’abord, on enlève sous la tutelle du Ministère de l’Éducation en envoyant au niveau du ministère de l’administration du territoire. Tout cela, nous avons compris du gouvernement que c’était une manière de nous aider à ce que ces jeunes soient pris en tant que contractuels. Imaginez, des jeunes qui ont abandonnés leurs familles, leurs enfants, à Conakry, des jeunes qui évoluent dans les écoles privées à Conakry et alentours, qui ont tout abandonnés et qui sont allées jusque dans les confins de la Guinée dans l’espoir d’être engagé à la fonction publique, ne serait-ce que leur dur labeur, ils ne sont pas à mesure de leur payer les six (6) mois de salaire. C’est décevant » a dénoncé Kadiatou Bah

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée caresse donc l’espoir que le dossier de ces jeunes contractuels sera pris en compte par le gouvernement Goumou avant la fin de la transition.



Rama Fils, pour Lerenifleur224.com