Charles Wright et le conflit permanent ! (Edito Mognouma)



Une actualité chasse une autre. Ainsi va la vie. En revanche, en Guinée, les faits sortent de l’ordinaire.

Après la longue parenthèse liée aux funérailles de l’ex Première dame Djènè Kaba, hélas, charcutées, à souhait, par des familles et dirigeants du pays, un autre feuilleton retient les attentions. Il caporalise déjà les débats.

Les séquences s’annoncent délirantes, car paraissant surréalistes. C’est le ministre de la Justice qui assène des coups violents à son chef du gouvernement.

Dans un communiqué au ton assumé, ferme et dur, Charles Wright, comme à son habitude, vitupère et menace. La menace, c’est bien contre le Premier Ministre Bernard Gomou, qu’il défend, dorénavant, de rencontrer les magistrats du parquet, sans son aval. Peut-on ainsi comprendre.

L’ancien procureur Général près la Cour d’appel de Conakry, pouvait avoir raison s’il n’avait pas préféré la démarche qui a été la sienne, pour recadrer son chef hiérarchique direct, cela sur le fondement des dispositions légales portant statut des magistrats. C’était alors d’agir discrètement pour régler l’incompréhension.

Mais le Garde des sceaux qui ne se fixe aucune limite, et qui adore le conflit, en a cure de la manière. Il a d’ailleurs récidivé, des jours après, depuis son lit d’hôpital, d’outre atlantique, en direct dans l’émission ‘’On refait le monde’’ sur Djoma Media.

Au téléphone, Charles Wright va à nouveau charger son chef, en accusant celui-ci d’être partisan de petits arrangements au détriment de la justice, notamment dans le cas de Dr Fodé Oussou Fofana, qu’il a autorisé, lui bien sûr, mais pas le juge, d’aller se faire soigner à l’étranger.

Ce n’est donc pas un premier accrochage, mais c’est cependant, le tout premier dont il a voulu mettre au courant l’opinion.

Ces actions, analysées sous toutes les montures, sous tous les cieux, n’ont de nom que la rébellion à l’autorité dont le pouvoir de commandement est consacré par la charte, le texte suprême qui gouverne la transition.

Le Garde des sceaux donne l’impression de se battre pour une bonne justice. Sauf que le narratif est en conflit avec la réalité.
De quoi il s’agit au juste? C’est un constat fait par les opposants qui sont autour de la table de négociation à propos du fonctionnement de la justice. Un fonctionnement décrit par ceux-ci comme étant sélectif qui tutoie le déni et qui serait rédhibitoire à leur retour dans un processus qu’on veut, dans le ton, inclusif.

Quand on a des activistes de la société civile, en particulier des responsables du FNDC détenus en prison, au-delà du délai réglementaire, sans qu’ils ne soient jugés ;

Quand on écoute le parquet de la CRIEF annoncer une audience publique, qu’ils n’ont aucun dossier pour soutenir les accusations de détournement qu’ils ont pourtant énoncées et défendues, becs et ongles, plus d’une année, contre un des accusés qui est par devant la cour ;

Et enfin quand la cour suprême lasse avec ses multiples renvois dans un dossier et produit un arrêt non motivé pour débouter Kassory Fofana, dans un des nombreux pourvois de celui-ci, eu égard tout cela, on peut difficilement reprocher au Premier Ministre, d’avoir mené une action de ce type, qui consisterait à dégager la responsabilité de l’exécutif dans ce qui est convenu d’appeler, des dénis de justice (excusez de peu).

Le Garde des sceaux n’est pas sensé ignorer ces cas qui ne plaident pas en faveur de ses réformes spectacles, dont certaines, ont, au moins, faut-il le reconnaître, le mérite d’être saluées.

A défaut d’être complaisant, le chef de l’exécutif qui se bat contre l’aile dure du CNRD, des colombes devenus des faucons, devrait prendre ses responsabilités.

Il est impératif qu’il agisse, non pas seulement contre la rébellion de Charles Wright, mais plutôt contre les errements de la justice, dans le but de rassurer et ramener de la sérénité.

In DjomaMedia