Agression de la mangrove : Le Patrimoine Bâti-public et la Mairie de Matoto sonnent la fin de la récréation.

Protection de l’environnement Dans le but de sauvegarder la mangrove, les autorités ont mis en place une patrouille mixte composée de policiers, gendarmes et militaires afin de traquer tous les agresseurs de la mer. Ce jeudi, le directeur général du patrimoine bâti public en compagnie du maire de la commune de Matoto s’est rendu dans plusieurs endroits ou la mer est victime d’agression humaine pour s’enquérir de l’effectivité de cette opération.

L’agression des bras de mer devient de plus en plus inquiétante dans la capitale. Du jour au lendemain les prédateurs intensifient des actions pour repousser la mer. De Tombolia à Fabam dans la commune Matoto ces endroits présentent aujourd’hui des images peu reluisantes. Pour mettre un terme à ces occupations anarchiques dans sa juridiction le maire de Matoto se montre intransigeant sur la question



« Ce n’est plus à Yimbaya -Port seulement, c’est toutes les zones qui concernent les mangroves. Donc, comme l’a dit le Directeur Général du Patrimoine Bâti, non seulement il y a un PA, mais il y a des patrouilles mixtes qui vont maintenant sillonner et quiconque qui n’a pas à une autorisation venant des hauts responsables sera traduit devant la justice. Je l’ai dit et je me répète, un Maire n’est pas attributaire d’un domaine tant que les dossiers ne sont pas clairs. Et tous ceux-là, personne ne dira qu’il a eu une autorisation de l’autorité communale. Donc, comme pour dire que tous les fauteurs de troubles seront sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture » a prévenu Mamadouba Toss Camara

Dans cette vaste opération enclenchée par la direction du patrimoine bâti public, l’armée se porte garant pour la protection de la mangrove. La patrouille est passée à la vitesse supérieure, en détruisant les endroits occupés de façon illégale et en immobilisant des camions de remblayage qui travaillent minutieusement sur le terrain.



« C’est une situation qui est complètement alarmante et si on ne fait pas attention, cela peut devenir catastrophique. Du coup, le CNRD a engagé une patrouille mixte composée de l’armée, du Patrimoine-bâti-public et la Mairie de Matoto pour véritablement superviser nos zones qui sont-là sinon, voyez vous-même, la situation est devenue très compliquée, les gens ne font que agresser la nature dans tous les sens » a mis en garde le Directeur général du patrimoine bâti public Mohamed Doussou Traoré

La destruction de la mangrove peut entraîner plusieurs conséquences sur l’environnement à long terme. Parmi lesquelles l’on peut citer le risque élevé d’inondation, le réchauffement climatique, et la fuite des poissons. Selon le constat presque la quasi-totalité de la mangrove de Conakry est détruite. A travers cette opération, les autorités veulent mettre fin à ses agressions volontaires afin de redonner à la mangrove son image d’antan.



Rama Fils, pour Lerenifleur224.com